06/03/2009

Samedi 7 mars :-))) à partir de 15h30..

Samedi sera une journée pleine d'événements : 

 

logo ONweb

Mars

d’après Fritz Zorn

Un projet de Denis Laujol

Mise en scène : Denis Laujol

Avec : Adriana Da Fonseca, Yann Frouin, Florence Minder, Benoît Piret, Sophie Sénécaut, Vincent Sornaga, Baptiste Sornin

Assistanat : Julien Jaillot

Lumières : Patrice Lechevallier

Représentations à 20h30
Excepté les mercredis à 19h30
Relâche dimanche et lundi

Je suis jeune, riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé, et seul.

normal_visuel_mars_presse

Journée-Rencontre en marge des représentations, le samedi 7 mars.

Scène ouverte sur le thème de la révolte

15h30 - 17h / 17h30 - 19h

Mars

Mars, récit autobiographique, est le dernier cri d’un homme en prise avec sa vie, un appel lancé vers nous, avec l’urgence de dire et de ressentir. Il nous rappelle que les choses se jouent maintenant, que la vie n’est pas une pièce de théâtre, qu’il n’y a pas de repétitions, mais une seule représentation. 

Scène ouverte

A l’image du spectacle pensé par Denis Laujol comme une œuvre libératrice traversée par l’urgence de dire et de dénoncer, nous vous proposons de vivre un moment inédit. Le temps d’un après-midi, la scène du Théâtre Océan Nord vous sera offerte. Toutes les formes d’expression (théâtre, musique, chant, danse...) sont les bienvenues, sur le thème très large de la révolte, qu’elle soit en réponse à l’air du temps, politique, intime, métaphysique, triste ou gaie... Vous aussi, venez livrer une part de vous-même et goûter à quelques minutes de liberté d’expression, au milieu des comédiens du spectacle, du public associatif, scolaire, dans la fête et la bonne humeur mais aussi l’écoute et le respect de l’autre.

En pratique

A partir de 15h30, nous organisons 2 sessions de scène ouverte d’une durée de 1h30. A chaque participant (e) sont données 5 minutes pour dire, jouer, déclamer son cri de révolte, bref aller à l’essentiel ! Les comédiens de Mars rythmeront cet après-midi en se livrant eux aussi durant ces minutes de liberté, intercalés entre les autres participants.

 

Moi j'y serai et même sur scène !

 

 

Après, il y a

mnfbozar

le Palais des Beaux-Arts qui participe à la 2e édition de la Nuit des Musées bruxellois. Au programme : expo, spectacle hip-hop/opéra, séances photos « baroques », cinéma interactif sans oublier la Red Bull Afterparty en point d’orgue des festivités.
Après s'être nourri l'esprit, rien de tel que de se défouler sur le dance floor! En guise d’échauffement tu pourras te défouler sur les electrosounds et les beats de Yuri Lewitt et Doktor Igor. Enfin, de minuit à 3h, la Red Bull Afterparty accueille les DJ Surfing Leons + Frères Deluxe.

Pour toute l'info surfez vers 

MUSEUMNIGHTFEVER 

Merveilleux w.e. à vous tous !

05/11/2008

La vie au bord du puits du 4/11 au 15/11/2008

candy affichette

La vie au bord du puits

Un projet de CANDY SAULNIER

Une création de Candy Saulnier

Avec : Marie-Rose Meysman, Guilhem Maréchal, Candy Saulnier et Baptiste Vaes.

Collaboration artistique : Hélène Cordier

Chorégraphie : Armand van den Hamer

Scénographie : Satu Peltoniemi

Costumes : Patricia Eggerickx

Lumières : Julie Petit-Etienne

Assistanat : Antoine Plaisant

Régie : Nicolas Sanchez, Ronan Bethuel

Représentations à 20h30
Excepté les mercredis à 19h30 et lundi 10 à 15h
Relâche dimanche et lundi

La vie au bord du puits est le deuxième projet conçu par Candy Saulnier. Dey’O, son premier spectacle, a été créé au Théâtre de la Balsamine à Bruxelles, en mars 2006. Ces deux créations s’inscrivent dans un théâtre multidisciplinaire, où les acteurs portent le spectacle de manière chorale, dans une polyphonie des voix et des corps. Sa recherche artistique puise dans le réel, et part du constat que la société moderne a rompu les liens qui unissaient, par nécessité, l’homme à sa communauté. Dans ces deux spectacles, elle questionne ce qui relie, aujourd’hui, le singulier au collectif. Dey’O s’est construit autour des pratiques rituelles du deuil et mettait en scène la perte de repères qui le caractérise aujourd’hui. Dans La vie au bord du puits, il est question du statut de la personne âgée, de son rapport à la mémoire et à la mort.

Ce témoignage est réinterprété par une actrice, incarnant une femme qui, aux abords de la mort, engage, pour un public, la remémoration de sa vie. Entre confidences et silences désemparés, elle est accompagnée dans cette exploration du passé, par un mystérieux chœur, qui en écho à sa parole, porte les chants de son histoire. La narration du spectacle s’articule autour de fragments de jours et de nuits. A chaque aube, survient l’évocation d’un rêve que l’acte de parole a suscité. Le déroulement du récit se trouve alors suspendu, pour ouvrir sur l’imaginaire et l’espace inconscient du personnage.

Pour relier cette histoire singulière à la mémoire collective, et ainsi créer l’illusion d’une communauté passagère, la mise en scène privilégie un traitement musical et chorégraphique de l’ensemble. Une recherche d’arrangements polyphoniques des chants, d’origines monodiques et chantés a capella, donne corps aux voix du chœur.

Réservation:02/216.75.55 http://www.oceannord.org 

05/09/2008

Au T.O.N. mercredi dernier...!

Mercredi soir le 3 septembre nous avons été invités à présenter notre atelier "Récits d'origines" dirigé par Candy Saulnier au Théâtre Océan Nord. Voici une tit photo...!

atlier récits d'origine

Consultez le site pour la programmation de la saison 2008 - 2009 (en cliquant sur le lien ci-dessus) Sacré programmation dont 4 créations, 2 reprises, la projection du film EXTERIEUR RUE co-écrit avec les habitants de la Rue Vandeweyer, des journées rencontres lors de la présentation de nouvelles créations. Dépéchez vous de vous inscrire car les places s'envolent vite.... Réservations : 02 216 75 55 - info@oceannord.org 

21/03/2008

 

Article paru sur le blog du T.O.N. le 20 - 03 - 2008 par Julie Fauchet

Il n’a vraiment pas fallu attendre longtemps pour qu’un nouvel atelier se remette sur pied.

En effet, nos “4èmes Rencontres d’Ateliers” étaient à peine terminées que Candy Saulnier, Alain Cofino Gomez et Marie-Rose Meysman organisaient déjà un nouveau projet. Plus précisément un atelier d’écriture et de jeu ayant pour thème « les récits d’origines ». Une manière de partager la question des origines avec d’autres, portés par des histoires différentes et multiples. L’atelier compte aujourd’hui 19 participants, de 18 à 62 ans.

Depuis 2 mois, ils écrivent de manière individuelle, des textes courts, ayant déjà en tête l’objectif de l’oralité.

Ce lundi 17 mars, Sylvie, Isabelle, Widiane, Alain, Claire, Lara, Evangelos, Alenxander, Delphine, Julie, Valère, Patrick, Soline, Annick, Aurélia, Manu, Michel et Emma ont réalisé une première lecture publique de leur texte. Un moment d’échange, de partage, de rire, d’émotion.

dsc_0018-2.jpg

A côté de l’écriture, une place importante est laissée aux chants traditionnels amenés par les participants et par les responsables : chant d’origine normande, chant juif, chant d’origine irlandaise…

Le fruit de leur travail sera ouvert aux spectateurs lors des « Minis Rencontres d’Ateliers » programmées les 12-13-14 décembre 2008.

A cette occasion vous aurez également l’opportunité de découvrir ou de redécouvrir le résultat de notre atelier “Résidence Provisoire” mené par Amid Chakir.

12/03/2008

4.48 Psychose ... comment vous dire ?!!

Comment trouver les mots pour vous décrire ce que j'ai ressenti hier soir à la découverte de la mise en scène sagace orchestrée par Isabelle Pousseur sur le texte décapant de Sarah Kane "4.48 Psychose"!

Je peux vous dire que je fis complètement - subjuguer - non seulement par la scénographie d'une pureté et d'une simplicité interpellante, mais aussi par le jeux des deux comédiennes Catherine Salée et Véronique Dumont. Un jeu vrai, ressenti, incarné, juste. Même si le texte paraît assez lourd et incisif à la lecture, il prend une toute autre tournure dans cette mise en scène.

Je me suis retrouvée en tant que spectatrice face à face avec moi "spectatrice", mais également moi en tant que "moi", avec les mêmes questionnements, les mêmes attentes, les mêmes constatations sur la condition de l'être humain.

C'est avec cette même éloquence, dignité et humour que j'aimerais faire passer sur scène la question " Comment survivre dans ce monde-là?!".

Car dans l'interview de Sarah Kane in "Love me or kill me - Sarah Kane et le théâtre" elle dit - "Si nous pouvons, grace à l'art, faire l'expérience de quelque chose, alors il nous est peut-être possible de modifier notre avenir, car l'expérience grave des leçons dans nos coeurs grâce à la souffrance, alors que réfléchir nous laisse intacts... Il est crucial d'enregistrer et de confier à la mémoire des événements jamais vécus - afin d'éviter qu'ils se produisent. Je prendrai plutôt le risque d'une overdose au théâtre que dans la vie."

11/03/2008

Petit rappel ce soir c'est la première...

Au théâtre Océan Nord http://www.oceannord.org  à 20h30

4.48 Psychose Océan Nord web

12/02/2008

Théâtre Océan Nord du 11 au 29 mars 2008 !

Je peux remplir ma place

remplir mon temps

mais rien ne peut remplir ce vide-là dans mon coeur

Ce besoin vital pour lequel je mourrai

Dépression


4.48 Psychose Océan Nord web


 

Sarah Kane est née le 3 février 1971 à Brentwood dans le comté de l'Essex. Tout d'abbord comédienne, elle étudie le théâtre à l'uiversité de Bristol, puis à l'université de Birmingham, et devient metteur en sène et écrivain. En 1995, elle écrit sa première pièce "Blasted" (Anéantis).

Sarah Kane parvient immédiatement à la célébrité, fisant les gros titres de la presse britannique. Les critiques étaient, pour la plupart, très négatives, et la rumeur a couru que la censure pourrait être réntroduite en Angleterre.

De "Crave" (Manque), Sarah Kane dit : "Pour moi cette pièce parle du désespoir et du suicide" ou encore : "Je voulais découvrir comment un poème pouvait quand même être théâtral."

Sarah Kane s'est suicidée à Londres le 20 février 1999, laissant une cinquième pièce 4.48 Psychosis, créée au Royal Court Theatre. Ce texte est un sténogramme sur la maladie de la mort, une maladie qu'apparemment rien ne pouvait arrêter. Il témoigne de toute la force de son auteur, qu'elle soit dramatique ou poétique. Il témoigne d'un désespoir abyssal mais l'auteur nous en parle avec une telle pureté que le texte s'apparente à une prière.

4.48 Psychose, Sarah Kane, L'Arche Editeur, 2001, Paris, p.3

Texte sans personnage, cette oeuvre posthume de Sarah Kane révèle cependant en son sein un dialogue entre un médecin et sa patiente et, plus fondamentalement, entre la médecine (ou tout ce qui cherche à "soigner" l'homme) et la littérature. Mais la pièce parle aussi d'amour, du manque d'amour, du vide dû à l'absence d'amour. Et de séparation entre l'âme et le corps. Voilà pourquoi Véronque Dumont et Catherine Salée l'interpréteront à deux, incarnant tour à tour une patiente dépressive et son médecin, une amoureuse passionnée et une ombre qui ne peut lui répondre, une écrivain "maudite" confrontée à sa conscience internée et les deux faces d'une même personnalité.

Mise en scène Isabelle Pousseur Avec Catherine Salée, Véronique Dumont / Assistanat Guillemette Laurent / Scénographie Michel Boermans/ Costumes Natacha Belova / Lumière Nicolas Sanchez Direction Technique Christine Grégoire / Mouvements Filipa Cardoso / Traduction Evelyne Pieiller Editons de l'Arche 2001

samedi 15 mars 2008 Journée  - Rencontre

Proches de l'oeuvre et de l'auteur Sarah Kane, Mel Kenyon (son agente) et Graham Saunders (auteur de "Love me or kill me - Sarah Kane et le théâtre" Editions de l'Arche) seront présents.

Théâtre Océan Nord
63/65 rue Vandeweyer
1030 Bruxelles
Reservation: 02 216 75 55
Tel: 02 242 96 89 Fax: 02 216 59 57 info@oceannord.org

23/01/2008

MARA/VIOLAINE D'après L'annonce faite à Marie

Paul Claudel

2
Mise en scène : Guillemette Laurent
Avec : Catherine Salée (Mara), Marie Bos (Violaine) Ysée Rodriguez (Aubaine)
Décors/costumes : Zouzou Leyens
Lumière : Julie Petit-Etienne
Création vidéo : Nicolas Sanchez
Régie : Ronan Béthuel
Couture : Jackye Fauconnier
Violaine

Pourquoi ne me laisses-tu pas en
paix ? Pourquoi viens-tu ainsi me
tourmenter dans ma tombe ?

Est-ce que je vaux quelque chose ?
Est-ce que je dispose de Dieu ?
Est-ce que je suis comme Dieu ?
C’est Dieu même que tu me
demandes de juger seulement.

Mara

Je ne te demande que mon enfant
Seulement.
Il y a plusieurs choses qui m’intéressent dans l’œuvre de Claudel. Je suis séduite par sa langue d’une poésie infinie. Ce qui m’excite également réside dans la gageure théâtrale : j’aime l’idée qu’il faille traiter un miracle sur la scène, la thématique de la résurrection, de la transformation, le passage de la vie à la mort et de la mort à la vie. Cela raconte le théâtre : faire de la mort une source de vie, c’est l’enjeu de la scène.
Guillemette Laurent

 

J'eus de la chance d'assister à la première, hier soir, au Théâtre Océan Nord, et je fus tout à fait interpellée et séduite par la mise en scène intense et sobre mais emplis d'émotions forte, ainsi que le talent incontournable des actrices , un jeux vrai, ressentis qui vous prends à la gorge et par moments d'une légèreté... insoutenable. Un voyage étonnant. Je vous le conseil vivements.

Du 22 janvier au 2 février 2008

Au Théâtre Océan Nord

Réservations
02/216 75 55
info@oceannord.org


Tarifs
Plein : 10 euros
Réduit : 7,50 euros (seniors-chômeurs-étudiants)
Hyper-réduit : 5 euros (professionnels, groupes)
ART 27 : 1,25 euros

http://www.oceannord.org/blog/ le blog avec des photos etc...