19/10/2008

Art Is A Guaranty Of Sanity... Louise Bourgeois

 

22:30 Écrit par yZa | Lien permanent | Photos | Commentaires (0) |  Facebook |

16/04/2008

Découverte de la méthode "Son-Corps-voix- IMAGE"

"Photographier : c'est dans un même instant et en une fraction de seconde reconnaître un fait et l'organisation rigoureuse de formes perçues visuellement qui expriment et signifient ce fait.

C'est mettre sur la même ligne de mire la tête, l'oeil et le coeur. C'est une façon de vivre."

Henri Cartier-Bresson 

Photographier, c'est choisir !

Une photographie est toujours le résultat d'un regard.
Ce n'est ni le matériel, ni le sujet qui fait le photographe,
c'est son regard.

Photographier, c'est, du monde, exciser un morceau d'espace et une fraction de temps.

Une photographie est toujours en 2 dimensions; tout au plus donne-t-elle l'illusion d'une troisième.

L'instantanéité n'existe pas. (1/1000 de seconde, c'est encore une durée)

Une photographie n'a pas de sens en soi : c'est une relation entre un spectateur et une image.

L'image produite à partir du plateau et diffusée "instantanément" sur celui-ci, n'est plus construite pour elle-même, mais dans la relation à l'espace et au temps de ce plateau.

L'image à voir n'est plus celle produite sur la rétine du spectateur qui est le seul dispositif à pouvoir à la fois se concentrer sur un point (effet zoom) et conserver une vision globale.

Voici le regard du photographe sur l'avant spectacle...

Roger WIBERT - P.h.o.t.o.g.r.a.p.h.e.




 
 
work in progress "Je Rentre de Toi" (plus de photo c'est ici) 

09:50 Écrit par yZa | Lien permanent | Photos | Commentaires (1) |  Facebook |

05/03/2008

PHOTOGRAPHIE - PETER KNAPP - LA PASSION DES IMAGES

Image Hosted by ImageShack.us

Comment réaliser une idée visuelle à l’aide d’un croquis d’intention ou d’une description d’image ? Telle est la problématique soulevée par le travail de Peter Knapp. Chaque image est alors une invention.  Peter Knapp conçoit ses photographies avec une idée plastique manifeste, ses recherches de composition et ses retouches à l’ordinateur vont dans le sens de cette quête.

Selon une tout autre démarche, Peter Knapp décide dans les années 1980 de faire un retour à la nature en enveloppant de foin des mannequins, un défi à la haute couture et une parodie sans doute de la notion de « valeur ». Quel est le sens de cette investigation ? Est-ce seulement un nouveau moyen d’utiliser un matériau ?

graphique

Le travail de Peter Knapp est tout entier investi d’une préoccupation graphique. Son travail personnel, en dehors des circuits consacrés à la mode, est moins connu mais relève d’une véritable démarche artistique. Après des études à l’école de Zurich, encore fortement marquée dans les années 1950 par le Bauhaus et ses avancées en matière de graphisme, Peter Knapp garde cette constante comme marque de fabrique. On s’interrogera sur sa démarche d’élimination des valeurs de gris afin de renforcer l’option graphique des photos ce qui nous permettra de voir comment le choix des fonds ou des vêtements dépend de cette option.

À partir de cette donnée, on investira les champs de l’image en essayant de mettre en valeur des éléments linéaires, des structures simples et des figures articulant l’espace, en un minimum de valeurs au profit de contrastes noir/blanc. Structures dynamiques, constructions par les lignes, les masses ou la lumière, autant de constituants plastiques que l’on pourra exploiter dans une pratique figurative ou abstraite.

Chez Peter Knapp, les lieux de prises de vue sont investis par des repérages méticuleux in situ. Son projet de commande pour la foire d’art contemporain de Bâle en témoigne. Par une analyse sémantique et plastique du photomontage, on s’interrogera sur l’écart entre la réalité perçue et le photomontage qui résulte de l’insertion du personnage dans le contexte.
L’idée, ici, est de réaliser un photomontage où le corps humain prend la valeur d’un élément architectural. Ceci permet d’appréhender des questions relatives à la création plastique dans le domaine architectural et d’aborder la notion d’échelle. Cette opération pourra se faire en deux étapes tout d’abord avec des éléments d’images trouvées puis avec une intention précise en fabriquant soimême les prises de vue in situ. Les notions d’assemblage vont dans le sens d’une reconstruction du monde, sortes d’images à rêver. On abordera les courants avant-gardistes des années 1920 : dans « l’homme pont », l’usage du fragment et son intégration sont déployés dans toute leur originalité au service d’une composition et d’un point de vue insolites.

En outre, on apportera une explication sur les intentions minimalistes du photographe, qui procède à l’élimination des éléments pour aller le plus possible vers le signe. Selon cette idée de modifier la perception, Peter Knapp expérimente la photographie « totalement verticale » ou   « totalement horizontale ». Enfin, que penser de cette manière très personnelle de faire le portrait d’un acteur en exposant l’ensemble des prises de vues du film comme un seul portrait ?

L’anti-style

Il me plaît d’inventer chaque travail, chaque idée, mais j’ai toujours peur que la « personnalité » ou le « style » viennent malgré moi réduire ma liberté d’entreprendre et jeter leur ombre sur ce que j’aimerais croire nouveau. S’accrocher à des astuces techniques ou à des manières, pire se copier soimême ou se répéter m’ennuie et les artistes qui ont un souci de style ou de manière pour être reconnaissables, je les comprends, mais ils sont loin de moi. J’aime qu’on ne puisse pas me classer facilement. La réussite que j’ai eue très jeune comme graphiste et directeur artistique m’a donné une indépendance matérielle qui me permet d’oser quelque chose de nouveau pour un travail. Réussir ou louper une commande m’excite.  

Propos de Peter Knapp cités dans GLIBOTA Ante, LEBRUN Annie, RESTANY Pierre, HEIZ André, Peter Knapp, Paris Art Center, 1987.

Galilée : Peter Knapp © CNDP 2001

Lien pour en savoir plus sur Peter Knapp : http://www.vodeo.tv/18-129-2480-peter-knapp.html ;  http://www.photographie.com/?pubid=104557 ;

 

Exposition : Du mercredi 16 janvier 2008 au dimanche 30 mars 2008 Auteurs : Peter Knapp.
MEP Maison Européenne de la Photographie
Téléphone (+33) 1 44 78 75 00
Site web www.mep-fr.org
Email olaurent@mep-fr.org
5/7 rue de fourcy
75004 Paris
France
Métro Saint-Paul ou Pont-Marie. Entrée 6€ (plein tarif), 3€ (tarif réduit). Ouvert tous les jours de 11h à 20h, sauf les lundis, mardis et jours fériés.

07/11/2007

ALBERT WATSON

Albert Watson


Albert Watson a sa place, une des premières, parmi les plus éminents photographes d’aujourd’hui. Au fil des années, ses photos ont figuré plus de deux cents fois sur la couverture des éditions internationales de « Vogue » et de diverses publications, de « Rolling Stone » à « Time to Vibe ». Il a réalisé de nombreux portraits emblématiques de stars du rock, de rappeurs, d’acteurs et de célébrités (Il était le photographe officiel de la famille royale au mariage du prince Andrew et de Sarah Ferguson). Dans le domaine de la publicité, Albert Watson a signé une centaine de campagnes pour d’importantes sociétés telles que « Gap », Levi’s », « Revlon » et « Chanel », et plus de six cents spots pour la télévision.

1920


Cette vaste activité professionnelle ne l’a pas empêché de se consacrer aussi à des projets personnels dont les clichés lui étaient inspirés par ses voyages, de Marrakech à Las Vegas, et aux Orcades. Ces libres réalisations, de même que les portraits, les photos de mode et de publicité, sont régulièrement exposés dans des galeries et dans des musées du monde entier. « Photo District News », la bible de l’univers de la photographie, a désigné Albert Watson comme un des photographes les plus influents depuis l’origine de cet art. lost diary

Né et élevé à Edimbourg, Albert Watson étudie le graphisme au Duncan of Jordanstone College of Art and Design de Dundee et suit les cours de cinéma et de télévision au Royal College of Arts de Londres. De naissance aveugle d’un œil, il choisit cependant de s’investir dans la photographie. En 1970, il s’installe avec sa femme Elisabeth aux Etats-Unis où un directeur artistique du « Max Factor » lui propose de faire un premier essai qui va se révéler concluant puisque la firme lui achète aussitôt deux clichés !

Golden Boy

Le style particulier d’Albert Watson va s’affirmer rapidement et attirer l’attention des magasines de mode américains et européens tels que « Mademoiselle », « GQ » et « Harper’s Bazaar ». Il se met à voyager entre Los Angeles et New York où il s’établit en 1976, ayant décroché son premier job chez « Vogue ».

Jack Nicholson


Malgré l’énorme pression que les commandes exercent désormais sur lui, il ne renonce pas à ses travaux personnels d’envergure : ses deux albums – « Cyclops » (1994) et «Maroc» (1998) – seront suivis d’un troisième – « Shot in Vegas » - dont la sortie de presse est prévue pour cette année. De nombreux catalogues de ses œuvres ont été également publiés à l’occasion de leurs expositions dans divers pays.

Dans le West Village de Manhattan, l’immense studio d’Albert Watson – qui fait également office de galerie privée – abrite ses archives : des millions de tirages et de négatifs et, aux murs, les extraordinaires prises grand format de Las Vegas. De prime abord, la palette de couleurs tendres et filtrées des ses paysages, de ses portraits et de ses vues d’extérieurs surprend le visiteur. Albert Watson est demeuré superbement fidèle à lui-même ; toutes se photos possèdent une aura qui nous invite à entrer dans l’image mais en nous obligeant à respecter vis-à-vis d’elle une sorte de distance déférente !

monkey see monkey do

Le langage visuel du photographe obéit à des règles qui lui sont propres et à un strict concept de qualité. De par leur brillance, leur insistance, leur magnificence même, ses photographies se distinguent indiscutablement de bien des clichés actuels. Sa manière de mettre ses sujets en lumière, en particulier les objets fétiches et les modèles, crée une ambiance quasi méditative. Si ces oeuvres innombrables manifestent la variété des talents d’Albert Watson, elles sont cependant toutes reconnaissables grâce à un même pouvoir de suggestion et la virtuosité de leur technique, qu’il s’agisse d’une dominatrice de Las Vegas ou du gros plan d’un gant de Toutankhamon.

monkey gun
Mick Jagger

God Sign

18/07/2007

C'est les vacances...

Et je vous invite au voyage en photos grace au Festival de photo à La Gacilly en France près de Rennes... Pour cette 4ième édition le thème est "Patrimoine Terre". Cela vaut vraiment le détour soit d'y aller...en plus le paysage par là bas est magnifique, soit en surfant

Festival Photo bandeau250607

 

sur le site http://www.festivalphoto-lagacilly.com et vous y trouverez ce genre de photos

Festival photo femme qui boit

Festival photo ours

Festival photo slière couleur

 

Bon voyage qu'il soit virtuel ou réel, je vous donne rendez-vous au mois d'août car je pars également me reposer dans le sud de la France... à très bientôt avec de nouvelles aventures, photos, expositions, mise en scène etc...

 

01/05/2007

La rosée ce matin...petites perles poétiques,

Un regard , le mien ce matin,

La vie humaine est une rosée passagère (proverbe Japonais)

 

"...Faut-il éternellement souffrir, ou fuir éternellement le beau? ..." (Charles Baudelaire)

 

Rosé du matin 2
Rosé du matin rogné

Fées répandez partout la rosée sacrée des champs

(William Shakespear) extrait de - Le songe d'une nuit d'été.

08:26 Écrit par yZa | Lien permanent | Photos | Commentaires (1) | Tags : rosee, baudelaire, choquette, image |  Facebook |