23/01/2008

MARA/VIOLAINE D'après L'annonce faite à Marie

Paul Claudel

2
Mise en scène : Guillemette Laurent
Avec : Catherine Salée (Mara), Marie Bos (Violaine) Ysée Rodriguez (Aubaine)
Décors/costumes : Zouzou Leyens
Lumière : Julie Petit-Etienne
Création vidéo : Nicolas Sanchez
Régie : Ronan Béthuel
Couture : Jackye Fauconnier
Violaine

Pourquoi ne me laisses-tu pas en
paix ? Pourquoi viens-tu ainsi me
tourmenter dans ma tombe ?

Est-ce que je vaux quelque chose ?
Est-ce que je dispose de Dieu ?
Est-ce que je suis comme Dieu ?
C’est Dieu même que tu me
demandes de juger seulement.

Mara

Je ne te demande que mon enfant
Seulement.
Il y a plusieurs choses qui m’intéressent dans l’œuvre de Claudel. Je suis séduite par sa langue d’une poésie infinie. Ce qui m’excite également réside dans la gageure théâtrale : j’aime l’idée qu’il faille traiter un miracle sur la scène, la thématique de la résurrection, de la transformation, le passage de la vie à la mort et de la mort à la vie. Cela raconte le théâtre : faire de la mort une source de vie, c’est l’enjeu de la scène.
Guillemette Laurent

 

J'eus de la chance d'assister à la première, hier soir, au Théâtre Océan Nord, et je fus tout à fait interpellée et séduite par la mise en scène intense et sobre mais emplis d'émotions forte, ainsi que le talent incontournable des actrices , un jeux vrai, ressentis qui vous prends à la gorge et par moments d'une légèreté... insoutenable. Un voyage étonnant. Je vous le conseil vivements.

Du 22 janvier au 2 février 2008

Au Théâtre Océan Nord

Réservations
02/216 75 55
info@oceannord.org


Tarifs
Plein : 10 euros
Réduit : 7,50 euros (seniors-chômeurs-étudiants)
Hyper-réduit : 5 euros (professionnels, groupes)
ART 27 : 1,25 euros

http://www.oceannord.org/blog/ le blog avec des photos etc...

22/01/2008

info@grutli.ch www.grutli.ch

Les femmes qui écrivent vivent dangereusement - Laure Adler & Stefan Bollman

"Si vous ne dites pas la vérité sur vous-même, vous ne pourrez pas le dire aux autres."

Virginia Woolf

Féminitude Laure Adler

Elles existent à travers le monde, affrontant l'avenir avec inquiétude et tentant d'embrasser ce qu'elles perçoivent, de faire corps avec elles-mêmes, d'être au plus près, au plus près de la faille, de l'incertitude, au trouble, de l'approche de la vérité.

Elles n'ont jamais voulu être écrivaines, elles le sont devenues. Pour la plupart d'entre elles ce fut un don ou plutôt une malédiction. Un harcèlement pour toutes. Car écrire est un tourment perpétuel, une activité à part entière qui gangrène vos nuits et habite vos jours, ça parle en elles. Tout le temps, ça les harcèle. C'est un grondement continu ; quelquefois, quand l'angoisse diminue, cela devient murmure, chuchotis ; cela peut devenir aussi vacarme, sensation d'éboulement, fragmentation de l'être, désordre vénéneux, la perdition est proche mais jamais elles n'allumeront les signaux de détresse.

Une femme qui écrit est la créatrice d'un univers, une semeuse de désordre, une personne qui se met en risque et qui ignore le danger, tant sa tâche  la requiert, une personne qui invente la langue, sa langue, notre langue.

Personne ne nous a demander de naître, disent, de manière différente selon les sciècles, mais permanante et troublante, les femmes qui écrivent. Personne n'était là pour nous acceuillir. Alors comment faisons-nous pour trouver une place dans le monde, nous inscrire dans le flux de la vie, continuer à tenter de respirer, lever le voile d'inquiétude qui s'est interposé entre nous et les autres ?

Comment colmater la béance, ne pas sombrer dans la désespérance, ne plus vaciller, échapper à ce vertige du décalage métaphysique entre SOI, MOI, LA LANGUE qui m'est donnée en partage et ce que je ressent au plus profond de moi ?

      SOI/JE   ELLES/NOUS   LES FEMMES     ESPRIT IMAGINAIRE   HORS DE SOI   LANGUE   SORCIÈRES      ILLETTRÉES  illettrées   COURTISANES   RÉVOLUTIONNAIRES    SOLITAIRES   SOLAIRES    CRÉATRICE DE LANGUES    MILITANTES   PENSEUSES      MÉTISSES

Extrait de : "Les femmes qui écrivent vivent dangereusement"  Laure Adler & Stefan Bollman Flammarion

21/01/2008

GRÜ News du 21 au 27 Janvier 2008

16/01/2008

Hanokh's Cabaret à l'Arrière-Scène

Hanokh's cabaret web
 REPRISE
Textes de Hanokh Levin
Editions Théâtrales
Traduction Laurence Sendrowicz
DU 6 AU 16 FEVRIER 2008 à 20H30
"Et à quoi aspire un être humain propre ? Â se faire photographier à côté d'un être humain sale évidemment !"
Avec : Edwige Baily
Grégory Carnoli
Annette Gatta
Renaud Van Camp
Marc Zinga
Martin Kesten
 Julien de Borman
Mise en scène : Céline De Bo
Lara Hubinont
 
L'ARRIèRE-SCèNE : Rue de Chambéry 30, 1040 Etterbeek
TARIFS : 12 / 7 / 1,25 euro (art. 27)
Réservation conseillée au 0484 213 213

Passa Porta le 31 Janvier 2008 !

europ
constitution



DE GRONDWET
IN VERZEN
LA CONSTITUTION
EN VERS
LA CONSTITUCIÓN
EN VERSOS
THE CONSTITUTION
IN VERSE

Als de EU geen politieke grondwet krijgt, geef haar dan ten minste een poëtische! Dat is het voor­ nemen van het meertalige Brusselse dichterscollectief. De hoofdstedelijke dichters schrijven niet alleen hun eigen wetgevende verzen maar nodigen ook andere Europese dichters uit om een bijdrage te leveren. Het project is méér dan de ietwat frivole herwerking van een politiek fiasco. De poëtische grondwet plaatst de discussie over de grondbeginselen van Europa waar ze thuishoort:
in de publieke sfeer van vrije en betrokken burgers.

Si l’Union Européenne n’a pas de constitution politique, donnons-lui une constitution poétique ! Voilà le défi que s’est lancé le Collectif de Poètes bruxellois. Les poètes de la capitale écriront leurs vers législatifs tout en invitant d’autres poètes européens à apporter leur pierre à l’édifice. Ce projet est bien plus que le remake désinvolte d’un fiasco politique. La constitution poétique remet la discussion sur les principes fondamentaux de l’Europe à sa place : dans la sphère publique des citoyens libres et engagés.

Con tal de que la Unión Europea todavía no tenga una constitución política, podríamos escribir por lo menos una versión poética! He aquí el objetivo del Colectivo de Poetas de Bruselas. Los poetas de la capital no sólo escriben sus propios versos legislativos, también invitan a otros poetas europeos de hacer su contribución. El proyecto es algo más que una revisión un tanto frívola de un fiasco político. La constitución poética pone la discusión sobre los principios básicos de Europa en su lugar correspondiente: en el ámbito público de los ciudadanos libres y comprometidos.

If there will not be any political constitution for the European Union, let there at least be a poetic one! The Brussels Poetry Collective, a network of urban poets writing in a variety of languages and styles in the capital of Europe, takes the lead. Apart from writing their own legislative verse, they invite contributions from several of their colleagues across the continent. Rather than being a frivolous reworking of a political fiasco, this is an initiative that places the debate on the foundations of Europe squarely where it belongs: in the public sphere of free and involved citizens.

31 januari
Op de gedichtendag 2008 stelt het Brusselse Dichterscollectief alvast de Preambule en de eerste artikelen voor.

31 janvier
Le Collectif de Poètes bruxellois présentera le préambule de cette constitution et en lira les premiers articles.

31 de enero
El Colectivo de Poetas de Bruselas presentará el Preámbulo y los primeros Artículos de su constitución.
31th January
The preamble and first articles will be presented by the Brussels Poetry Collective.
logos



---

15/01/2008

ACCROCHES AU VENT au Manège à Mons

AMARRADOS AL VIENTO / ACCROCHES AU VENT

THEATRE - Spectacle tout public

AMARRADOS AL VIENTO est une expérience inédite de rencontre à tous les étages (écriture, production, direction artistique et interprétation) entre des artistes belges et chiliens.

Intervenants
JUAN RADRIGAN et VERONIKA MABARDI (auteurs), ETIENNE VAN DER BELEN (metteur en scène), EDUARDO JIMENEZ (scénographie, costumes, lumières), EDITH VAN MALDER, JIMENA SAEZ, ALDO PARODI, ADRIAN DIAZ et YVES DELATTRE (jeu)

EN PRATIQUE

Dates et heures
Du 22 au 26 janvier 2008 à 20h30 (Mons).
Le 27 janvier 2008 à 16h (Mons).
Du 30 janvier au 2 février 2008 à 20h30 (Tournai).

 

Lieu
Le Manège
Rue des Passages, 4a
7000 Mons.

Renseignements
Etienne Van der Belen > etienne@chispa.be

www.chispa.be

15/12/2007

GRÜ - Théâtre de Grütli - Suisse

Le Théâtre du Grütli

Scène d’expérimentation pluridisciplinaire

Maya Bösch et Michèle Pralong

Je vois la une possibilité : utiliser le théâtre pour de tout petits groupes ( pour les masses, il n’existe déjà plus depuis longtemps ), afin de produire des espaces d’imagination, des lieux de liberté pour l’esprit, contre cet impérialisme d’invasion et d’assassinat de l’imagination par les clichés et les standards préfabriqués des médias. Je pense que c’est une tâche politique de première importance, même si les contenus n’ont absolument rien à voir avec des données politiques.

Heiner Müller

Que les acteurs disent ce que personne ne dit puisqu’il ne s’agit pas de la vie. Elfriede Jelinek (JE VOUDRAIS ETRE LEGERE)

Nouvellement nommées au Théâtre du Grütli, nous voulons en faire une scène d’expérimentation pluridisciplinaire. Nous proposons une première saison uniquement faite de créations, avec des éruptions plus ou moins marquées du chorégraphique, et une poignée de performances à définir en cours de saison. Un slogan de base, le fameux less is more de Mies van der Rohe, et trois interventions majeures sur les conditions de travail dans la maison : une couleur historico-dramaturgique pour chaque saison ( logoS et la tragédie grecque pour la saison 06-07) ; l’engagement à plein temps d’un collectif pluridisciplinaire intimement lié à la maison et renouvelé tous les six mois (de 3 à 8 personnes ) ; la mise en contraste des deux espaces de représentation(un black box et un white box).

On croit trop vite que l’art et la manière agréés par son temps sont des absolus. Répéter 7 semaines, jouer 18 fois devant une salle plongée dans l’obscurité un spectacle qui dure environ une heure trente et qui conduit les spectateurs à applaudir : voilà la doxa. Altérer les régimes de création peut faire émerger des formes inattendues, inouïes. Au black box règnent le noir et, en principe, un temps de création plus long. Ce qui n’empêche pas l’essai. Reste enfin à accueillir le spectateur, ce deus ex machina par qui, soudain, tout se forme et se déforme. Mais nous pensons qu’il ne faut pas «obéir aux attentes du public», tout simplement parce qu’il y a plutôt des spectateurs qu’un public qui élaborerait son catalogue de desiderata. Il faut remplacer ce concept attentes du public par une réflexion sur ce que doit être un espace public.

Les deux B

Prendre la direction d’un théâtre en tandem (metteure en scène et dramaturge ), installer dans la maison un petit ensemble pluridisciplinaire, poser un thème de saison, commencer à la table : tout cela est davantage d’inspiration germanique que francophone.

Faisant du théâtre à Genève, c’est-à-dire pris dans le triangle théâtral actuel Paris-Bruxelles (Gand)-Berlin, nous choisissons de regarder vers les deux B. Si nous orientons le Grütli vers l’Allemagne (donc aussi vers la Suisse allemande ) et vers la Belgique, c’est affaire de goûts scéniques surtout, mais aussi de choix politiques : l’Europe comme elle va semble renforcer les cohésions linguistiques, au détriment peut-être, dans le cas de la Suisse, des échanges nationaux. On risque fort d’être encore davantage aspirés vers la France, tournant le dos à la Suisse allemande. Dans le domaine artistique en tout cas, ce serait regrettable, car la vigueur, l’humour et la grande liberté du théâtre allemand (duquel relève le théâtre suisse allemand) sont bons à prendre. (Alternative Théâtrale90-91) http://www.grutli.ch/ddp/ATgrutli.pdf

La saison est placée sous le signe du RE, pour signaler que l’art n’est que RE-naissance, reprise ou renouvellement des mêmes questions angoisses ou intuitions. C’est lors de la Bâtie que s’ouvrira le premier volet des Stations Urbaines de Maya Bösch d’après un texte d’Elfiede Jelinek, auteur que l’on retrouvera avec une nouvelle création de WET qui fut présenté l’an passé à l’Orangerie. Avec la chorégraphie de masse Turn terror into sport, Claudia Bosse, metteure en scène associée, réitèrera l’expérience de collaboration avec une centaine de citoyens lors d’une intervention dans l’espace public genevois. (Il reste des places pour les amateurs, se renseigner auprès du Théâtre du Grütli).
Expérimental et transdisciplinaire, le GRÜ collaborera cette saison avec l’Association pour la danse contemporaine (ADC) et les compagnies d’Emio Greco, Quivala, et Foofwa d’Immobilité.

Bernard Schlurick et Marc Liebens restent fascinés par le personnage d’Hélène, cette beauté au sang chaud dont les luttes pour sa possession provoquèrent au moins deux cent mille morts, selon Paul Claudel cité par Bernard Schlurick qui rappelle qu’Hélène est “la première femme libre”. Donné toute l’année, chaque lundi, l’Observatoire dramaturgique de Bernard Schlurick est l’occasion de faire une promenade érudite et ludique dans la littérature.

La programmation 2007-2008, c’est aussi des coproductions locales, des accueils d’artistes étrangers, des performances, des auteurs, des dramaturges associés. Le programme complet est disponible sur le site du GRÜ.

logo-gru_1  gru3

pasos

12/12/2007

c'est ce soir....!

VENEZ !!!

 

Ceux qui marchent aff web

à 20h au Centre Culturel d'Ottignies, Ave. des Combattants

La section "Son-corps-voix-images" vous présente le projet de classe

CEUX QUI MARCHENT DANS L'OBSCURITE...

d'après la pièce de Hanokh Levin

Pour un instant on s'interrogerait sur moi en ce bas monde...?

14:22 Écrit par yZa | Lien permanent | Théâtre | Commentaires (2) |  Facebook |

05/12/2007

"Pour un instant on s'interrogerait sur moi en ce bas monde"

 Le Mercredi 12 décembre 2007 au Centre Culturel d'Ottignies à 20h. 

Ceux qui marchent aff web


Ceux qui marchent dans l'obscurité... Fantaisie Nocturne, un travail de classe,

  "Son - Corps - Voix - Image" 

P.H.O.TO.G.R.A.P.H.E. : Roger Wibert                                               Professeur : Jean Mastin

28/11/2007

Ceux qui marchent dans l'obscurité...!

Fantaisie nocturne . . . traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz

PERSONNAGES :

LES IMMATERIELS:

  • le récitant
  • dieu

LES VIVANTS:

  • Celui qui marche
  • Celui qui attend
  • celui qui se dérobe
  • celui qui pousse
  • celui qui est poussé
  • celui qui a été poussé
  • le terne

LES AGONISANTS :

  • La mère de celui qui marche
  • le père de celui qui attend

LES PENSEES:

  • Pensée-Brumeuse
  • Pensée-Vaporeuse
  • Pensée-Harengueuse
  • Pensée-Scabreuse
  • Pensée-Geleuze
  • Pensée-Chocolateuse
  • Pensée-au-Pantalon
  • Pensée-au-Pyramidale

 LES MORTS :

  • La Mère du Terne
  • Le Mort Timide
  • Le Mort Fatigué
  • La Morte Amère
  • Le Mort Appliqué
  • Le Mort Délicat
  • Le Mort Colérique
  • Le Mort Grossier
  • Le Mort Désepéré
  • Le Mort Bébé
  • La Morte Acide

Une pièce de Hanokh Levin,Hanok Levin
créée en mai 1998 au Théâtre Habima dans une mise en scène de l'auteur....

 - ? -

 

. . . WORK IN PROGRESS . . .

Bientôt au Centre Culturel d'Ottignies,


Une pièce Mythologique.

     La vie un spectacle cruel...

15/11/2007

Isabelle WERY au théâtre de la Vie...!

IsabelleWeryIsabelle werydatethéâtre de la vie logoatelier théâtre de la vie


 
LA TRANCHE
(ou le Retour de l'enfant prodigue)
de Jean-Daniel Magnin
par Isabelle Wéry
J’ai renié la peau de la peau de ma peau. Je l’ai piétinée. Je l’ai rejetée loin de moi. Je suis resté des nuits entières la tête dans la boue pour oublier mon nom. Legarche ! Legarche ! J’ai craché au loin ce morceau de moi-même. Ah que les pans s’écartent ! Faut-il se haïr pour s’aimer ? Se fuir pour se trouver ? J’ai la peur plantée dans le ventre et les mâchoires serrées dans un sac de peau. Faut-il se mordre soi-même ? Faut-il sucer son sang ? Et ronger sa propre carcasse ? Ah vite ! Que quelque chose tombe du ciel. Une cause. Une foule en masse. Une injustice. Un oppresseur. N’importe quoi. Même un Dieu pourquoi pas ? Qu’il vienne se montrer. Qu’on se batte. Quelque chose d’autre que moi !

La Tranche. Extrait.

rue Traversière, 45 – 1210 Bruxelles
Administration : téléphone 02 219 11 86
fax 02 219 33 44
Courriel :
info@theatredelavie.be


14/11/2007

work in progress...

Chapitre I

Chapitre I sur un lit

16:49 Écrit par yZa | Lien permanent | Théâtre | Commentaires (0) |  Facebook |

26/10/2007

A LA MEMOIRE D'ANNA POLITKOVSKAÏA de Lars Norén

decoration

 
Lars Norèn rogner

Texte et mise en scène de Lars Norén
Production Théâtre National, Riksteatern, Théâtre Nanterre Amandiers

 
decorationdecorationdecoration



Avec Jean-Pierre Baudson, Gauthier Baillot, Alfredo Cañavate, Laurent Caron, Malin Crépin, Patrick Donnay, Agathe Molière, David Murgia, Clara Noël, Nicolas Struve, Alexandre Trocki
Scénographie : Gilles Taschet
Création lumières : Benoît Gillet
Assistante à la mise en scène : Amélie Wendling
Traduction : Katrin Ahlgren
L'Arche est éditeur et agent du texte représenté.

 Du 2 au 17 novembre 2007 - Studio
Introduction au spectacle le mardi 13/11 à 19h45
Rencontre après spectacle le mercredi 14/11

Dans un pays sans nom qui serait situé à la fois en marge de l’Europe et en son cœur même, une guerre vient de se terminer. Le désordre, le chaos, la terreur règnent. Les règles morales, éthiques se sont effondrées. Des enfants abandonnés traînent dans les rues, se prostituent ; ils n’ont plus aucun repère. Comme eux, victimes de ces temps de terreurs, leurs parents ne savent plus que faire, sinon le pire. Tous se sentent abandonnés, perdus dans un monde sans espoir ni futur où, pour survivre, il ne faut pas avoir peur d’abuser de son semblable…
Pièce sombre et radicale comme en écrit Lars Norén depuis le milieu des années nonante et qui ont fait de lui un des hommes de théâtre les plus reconnus d’Europe, "A la mémoire d'Anna Politkovskaïa" évoque cette forme d’impérialisme qui veille encore et toujours à ce que ce soient les plus pauvres que l’on exploite, utilise et maltraite. L’histoire n’est pas seulement celle d’une exploitation, c’est aussi celle d’une lutte puissante pour la survie et pour qu’à nouveau l’espoir soit possible.

24/10/2007

Et voilà... quel joie, quel bonheur, d'être sur la scène, de jouer, de vous procurer des émotions des vrais profondes.

Voici quelques photos qui vous donneront une toute petite idée de la soirée d'hier. (Cliquez sur la photo pour accéder à l'album en ligne.)

 
Merci Mr. Mastin pour la confiance que vous nous accordé, merci de nous construire avec autant de pédagogie, de patience de souplesse et d'énergie. Merci de nous donner la possibilité de concrétiser nos envies, nos rêves nos projets de vie... sans vous cela ne serait pas possible.
 
Merci aux merveilleux partenaires sur scène et à la technique sans qui tout cela ne serait pas réalité et donc impensable!  
 
Merci à vous publique merveilleux!
Merci 
 
DSC02663
 
et vivement le prochain spectacle... 

23/10/2007

Petite mise en bouche pour le spectacle de ce soir

Vous n'avez pas oublier n'est ce pas? Ce soir à 20h au Centre Culturel d'Ottignies... voici l'affiche Affiche jpeg web

 et voici quelques photos de la répétition générale

DSC02495

DSC02499

DSC02513

DSC02552DSC02564

DSC02570DSC02574

DSC02587DSC02599

DSC02603DSC02608

à ce soir sans faute...

 

15/10/2007

Au National du 23/10 au 7/11


Logo theatre national

logo theatre national header_btext

decoration

CHIEN -. Mordre quelqu'un peut avoir du bon. J'ai connu un homme qui s'accusait de l'état déplorable du monde. Il était très affecté. Quand je me regarde dans un miroir, je vois un coupable, disait-il. Je suis un salaud de chômeur qui ne veut pas retrouver du travail, un salaud de pauvre qui bouffe des allocations de survie au lieu de crever de faim sur le trottoir. Sa situation était très pénible.

PORTIER -. Qu'as-tu fait ?

CHIEN -. J'ai proposé de le mordre une ou deux fois par semaine.

PORTIER -. Il a accepté ?

CHIEN -. Il était sceptique.

Dialogue d'un chien avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis,

Jean-Marie PIEMME 

Mise en scène de Philippe Sireuil
Production Théâtre National - Avec l'aide de La Servante

Scénographie et lumières : Philippe Sireuil
Costumes et assistante à la scénographie : Catherine Somers
Assistante à la mise en scène : Christelle Alexandre
Musique : David Callas
Avec Philippe Jeusette et Fabrice Schillaci

 
Le spectacle "La Forêt" d’Ostrovski, mis en scène par Philippe Sireuil, est nominé aux Prix du Théâtre 2007 dans les catégories : « meilleur spectacle », « meilleure mise en scène », « meilleurs costumes » pour Catherine Somers et « meilleur espoir féminin » pour Edith Van Malder.
Du 23 octobre au 10 novembre 2007
Salle Jacques Huisman
Introduction au spectacle les mardis 30/10 et 06/11 à 19h45
Rencontre après spectacle mercredi 07/11

 

N'OUBLIEZ PAS DE RESERVER VOTRE SOIREE DU 23/10

Affiche jpeg web

09/10/2007

Au Centre Culturel d'Ottignies - le 23/10/2007- Venez nombreux

Une soirée théâtrale interdisciplinaire organisée par la section "Son - Corps - Voix - Image", avec la participation de la Compagnie de la Fabrique du Vent...

Affiche jpeg web
 


Nous avons tous quelque chose à nous dire...
                                  ...avant de le dire aux autres.
au Centre Culturel d'Ottignies, Avenue des Combattants Le Mardi 23 octobre 2007 à 20h

11/09/2007

28, 29 et 30 septembre bienvenue dans l'Observatoire !!

L'Observatoire recto

Le manoir de l’Observatoire, propriété de la famille Orme, aristocrates déchus et désargentés, est aujourd’hui devenu un immeuble d’appartements en décrépitude, abritant des personnages biscornus semblant surgir d’un passé proche mais néanmoins déjà révolu. Murés dans une solitude impitoyable, ils ont depuis longtemps cessé de communiquer tout en s’épiant à travers les portes entrouvertes de leurs appartements. Jusqu’à l’arrivée impromptue d’une nouvelle résidante…

Conte de fées décadent, drame social et comédie burlesque, L’Observatoire vous invite dans un monde insolite au ton singulièrement décalé.

  Une coproduction de la Cie VillaRosa, du Foyer culturel de Sprimont et du Centre culturel de Schaerbeek. Avec le soutien de Cera, du S.E.A.C./A la Courte Echelle et de la Province de Liège.

 L'Observatoire verso

  L’Observatoire
d’Edward Carey
 
Une création de la Cie VillaRosa
 Les 28, 29 et 30 septembre à 20h17
au Foyer culturel de Sprimont

Rue du Centre 81 (4140 Sprimont) 
Réservations: 04/382 29 67
Paf: 8€ / Moins de 20 ans: 5€

17/06/2007

Françoise Walot vous propose...

Bonjour,

Voici une proposition de stage de voix, pour acteurs et actrices passionnés de théâtre ou art de la scène. Je vous en donne quelques infos en ligne et le reste est à rechercher, à voir, à écouter, à goûter et ce que vous voudrez…sur les sites perso indiquer.

FRANÇOISE WALOT   

Walot

vous propose un stage d'exploration de la voix parlée selon la méthode de Kristin LINKLATER (Libérer la Voix Naturelle) (http://www.kristinlinklater.com/). L'accent est donc mis ici sur la suppression des blocages qui inhibent l'instrument humain plutôt que sur le développement d'un instrument musical sophistiqué. Elle nous fera travailler sur la prise de conscience physique, le souffle et le son ; les vibrations, les obstacles au son (mâchoire, gorge, langue, voile du palais) ; l’amplification du son (résonateurs) et du souffle (cage thoracique) ; la tessiture.

Nous ferons aussi un travail sur le texte, pour cela, apporter connu par coeur une douzaine de lignes d’un extrait de Shakespeare ou Racine, monologue ou longue réplique, à la première personne.

Où : l'Espace Catastrophe http://www.catastrophe.be/

Quand : du 3 au 5 juillet 2007 10h à 12:30h et de 13:30h à 16:00 h.

Prix : 120 euros

Tenue: vêtements chauds et confortables.

Pour plus d'info n'hésitez pas écrivez à francoise.walot@skynet.be

Au plaisir de vous y rencontrer

 

07/06/2007

 momentum performance art festival

Je vous invite à voir un nouveau festival ....momentum….. plateforme pour performance art.

Une plateforme annuelle pour le Performance-Art international a été initié en 2005 comme un moyen de relier la Belgique avec la scène internationale, et de soutenir la croissance de la scène de Performance-Art en Belgique ainsi que d’encourager un échange entre l’Art de la Performance et les arts de la scène.
..momentum….. est une plateforme où le public peut découvrir, voir et discuter avec les artistes invités. C’est un lieu où des artistes de performance Belge rencontrent des artistes d’autres pays.

Par rapport à d’autres évènements de performance qui ont lieu en Belgique la particularité de ..momentum….. est que les artistes invités sont principalement des plasticiens qui ont choisi le Performance-Art comme médium.

Rendez-vous donc pour cette présentation le 9juin 2007 au Bains::Connective à Bruxelles. Bains::Connective est un lieu de création artistique et une plateforme de présentation depuis 1997. Le laboratoire multidisciplinaire est situé dans les anciens bains de Forest à  Bruxelles (http://www.bains.be).

La deuxième édition vous propose donc le 9 juin à partir de 18h:

18.00h Performance par Barbara Sturm
18.30h Performance par Gwendoline Robin
19.00h Projection des vidéo de performance de Merlin Spie
20.00h Discussion sur le Performance-Art en Belgique et ailleurs avec les artistes participants et des visiteurs intéressés, guidée par Monica Klingler. Pour plus d'info voici l'adresse http://www.momentum-festival.org

Il y aura également un séminaire Performance-Art avec Monica Klingler du 12 au 15 juin au Pianofabriek, Bruxelles. ( http://depianofabriek.vgc.be/).

4 jours d’exploration commune. Se mettre en relation avec l‘autre. L’autre personne - l‘objet, - l‘espace, - les environs. Un corps parmi des corps. Développer un langage à partir de là. L‘image du mouvement et l‘image du corps comme un langage énergétique et expressif qui s‘étend dans l’espace et le remplit. Il n‘y a pas de corps qui n‘inclut pas l’esprit. Toute action est liée à la réflexion.

02/06/2007

Visniec ou le Théâtre de l'humain et de son époque...

Hier soir (et pour ceux qui peuvent encore y aller ce soir), un moment de pur plaisir.

Aux Ecuries de la Ferme du Biéreau à 20h, la troupe V2 vous propose des extraits choisis d'une oeuvre de Matei Visniec.

Qui est Matei Visniec ?

Mvisniec

"Matéï Visniec, dramaturge et poète, est né en Roumanie en 1956. Après des études d'histoire et de philosophie à l'université de Bucarest, il enseigne dans son pays. Entre 1977 et 1987, il écrit une vingtaine de pièces, un roman et deux scénarios de films, dont la publication et la représentation sont systématiquement interdites par la censure roumaine. Seule sa poésie y échappe, ce qui lui vaut le prix du meilleur livre de poésie pour l'année 1984 avec " Le sage à l'heure du thé ".
En 1987, sa pièce " Les chevaux à la fenêtre " est interdite à la veille de la première représentation. Il s'installe alors en France en tant que réfugié politique. Il travaille comme journaliste à Radio France Internationale et se consacre à l'écriture.
Après la chute de Nicolae Ceausescu en 1989, Matéi Visniec est redécouvert en Roumanie et devient l'un des auteurs les plus joués. Ses pièces sont créées avec succès partout dans le monde et de nombreux prix couronnent son travail, en France et en Roumanie."

Quel est son genre de théâtre ?

Le Théâtre de Matéi Visniec est celui de l'humain et de son époque, des fêlures de l'un et de l'autre, de leurs dysfonctionnements quotidiens. Avec un humour fait d'absurde, de fantastique, il dépeint les contradictions de la société contemporaine, le malaise de notre civilisation, la crise des idéaux. Un univers kafkaien qui prend un sens particulier dans les pays est-européens et résonne avec force dans nos consciences fin de siècle.

Qu'avons nous vu hier soir ?

Théâtre décompose ou L'homme poubelle, Editions L'Harmattan, Paris, 1996. Pour comprendre ce qui se passe il faut absolument venir aux écuries ce soir à Louvain La Neuve.

Mise en scène extrêmement bien assurée et osé par Adèle Cooken.

Les interprètes (merveilleux dans leur jeu) sont : Anne-Catherine Blanpain, Hélène Latzer, Nathanaël Picas, Gery Vandaele, David Laloy.

Merci à vous chers amis de nous avoir assuré une excellente soirée, merci de votre énergie investis à nous donner le meilleur de votre jeu, de nous faire rire, réfléchir et de remettre en question notre époque de folie et de dysfonctionnement.

Votre dévouée

Isabelle

21/05/2007

QUEL SPECTACLE TOUT A FAIT GENIAL

Alors là mesdames et messieurs, chers amis, j'ai encore eu l'honneur et le privilège de pouvoir assister à un spectacle magnifique de Wim Vandekeybus ULTIMA VEZ, je suis totalement fan.

. Quel spectacle interpellant c'est le moins que l'on puisse dire époustouflant de prise de risque, d'éthique, de théâtralité, il n'y a pas de texte mais tout a été dit. Les jeux de lumière très a propos pas d'images mais des effets spéciaux, des corps en accord en désaccord superbement athlète, une touche de comédie de légèreté après avoir eu le souffle coupé durant toute la scène du lancement de brique de plâtre d'un côté à l'autre de la scène.

Des jeunes dont on se demande comment ils font pour tenir le coup le temps de la représentation une palpable mise en danger mais avec une extrême précision, des jeux d'acteurs avec une juste responsabilité par rapport au partenaire, une complicité, conscience, prise encharge, confiance…Quel leçon! J'en suis encore toute retourné. Et puis comme à chaque fois il y a la remise en question par rapport à ce que l'on amène sur scène, le questionnement et puis surtout qu'est ce que moi je vais pouvoir faire sur scène, cela reprend un autre tournant… Donc réflexions multiples, et puis action, il faut y aller et pour y aller il faut lire, écrire, écouter, entendre, prendre des risques et se jeter dans le travail.

Voilà ce qu'il me reste à faire….

Je finis donc le stage de rythmique Indienne et je m'y mets, pour essayer de vous faire vivre un moment où je pourrai vous faire partager un voyage; une histoire; un questionnement qui, espérons le, vous bouleversera vous fera trembler de frisson en toutes sortes…. imagination, émotion, rêve, cauchemar, idées…

Je vous tiens au courant, promis.

C'est tout pour le moment et oui j'oubliais presque merci de m'avoir mise à l'honneur je n'aurais jamais cru qu'en commençant cette aventure sur la toile je serais mise à l'honneur mais cela me touche beaucoup et j'essayerai de mon mieux de vous garder informé sur tout ce qui se passe dans le monde extraordinaire du spectacle en tout genre.

02/05/2007

Misterioso-119, j'en suis encore toute retournée..

Bravo bravo bravo !!! A l'auteur, des textes qui vous fouettes la figure et vous renvoie à la maison, après une journée tranquille au soleil , pas de problèmes et puis là tiens je te donne ça et maintenant rentre chez toi et penses, réfléchis tortures toi les méninges!!

Les actrices, pffff... proche de la virtuosité...tout dans la simplicité grand et facile. Des émotions, qui vous font arrêter de respirer. Des métamorphose parfois impressionnante, des personnages vrais.

Une mise en scène minimaliste très simple grand et facile mais voilà tout cela paraît facile mais faut le faire...et il l'a fait, ils l'ont fait! Merci merci de faire tout ça pour nous, pour nous interpeller, et ne vous en faites pas nous l'avons été.

Bravo Alex j'en suis encore toute retournée. Continus ne lâche pas même si par moment... cela en vaut vraiment, vraiment la peine.

Et vous, chers lecteurs de blogs... encouragez de jeunes metteurs en scène et aller voir cette superbe pièce vous ne serez pas déçu.

Misteriosoweb

Mise en scène: Alex Lorette

Avec: Hélène Couvert, Alexia Depicker, Daniela Ginevro, Cachou Kirsch, Justine Venet, Françoise Walot.

Univers sonore: Arnaud Blanpain

Création lumière: Paulo Muacho Vilhalva

Costumes: Hélène Kufferath

Tarifs: 12 € / 8 €

Reservations et informations : 02 639 09 80 et/ou www.theatremarni.com