21/06/2007

Pipi Lotti Rist...vous connaissez ?

I'm not the girl who misses much

I'm not the girl who misses MUCH !!

 

Art contemporain Biennale de Venise http://www.labiennale.org/it/

Biennale_logo_small, Art/38/ Basel  http://www.art.ch/go/id/eku/

Art 38 Basel 001

Pourquoi ? pour qui ? où ? comment ?….

J'y était par le biais de mon artiste préféré encore inconnu en ce jour, mais qui le deviendra un jour et….

Tjeno bis 025

m'a rapporté dans ses valises tant d'idées à voir à regarder à digérer à montrer à méditer à vivre à lire à écrire à jouer à penser à faire à exécuter à repenser à voyager…Que là je ne peux vous faire part que de quelques artistes participant quelques photos intéressantes, qui vous donneront je l'espère l'envie d'aller chercher plus loin. Alors commencons aujourd'hui par La Biennale de Venise

La Biennale de Venise est une manifestation d'art contemporain.

Elle est considérée comme une des plus prestigieuses manifestations artistiques en Europe, voire dans le monde. C'est aussi une des plus anciennes puisqu'elle fut créée en 1895, et que sa première édition a eu lieu deux ans plus tard.

Dans le pavillon Belge on à pu y trouver Eric Duyckaerts. (en cliquant sur la photo vous accéder directement au site)

Palais Belge BDV

Avec 74 pays représentés et 34 expositions parallèles, la biennale reflète l'euphorie du marché de l'art. Pour la 52ième Biennale d'art contemporain de Venise Eric Duyckaerts a transformé le pavillon belge en labyrinthe. Le visiteur errant s'y retrouve comparé au rat cherchant inlassablement un bout de fromage … Manière d'ironiser sur le cocktail d'art et d'argent que fêtait ces jours-ci la Sérénissime ? A en juger par l'impressionnante armada de yachts mouillés dans la lagune pour le vernissage, la réponse est…oui!

Né en 1953, à Liège, fils du professeur Duyckaerts de psychologie, Eric Duyckaerts est un artiste atypique. Il a une formation universitaire en droit et en philosophie. Il fut chercheur FNRS pendant 4 ans, il a travaillé sur les problèmes de la décentralisation des arts en Wallonie et il a complété sa formation à l'institut des hautes études en arts plastiques de Paris dès 1988. Il s'installe alors définitivement en France où il vit actuellement. Il enseigne à la Villa Arson à Nice. Il est bien davantage connu en France que chez nous….? Pourquoi??????

Pavillon Français Sophie Calle : "Pour la Biennale de Venise, [Sophie Calle http://www.sophiecalle.net/] a passé une petite annonce dans la presse afin de recruter "toute personne enthousiaste pouvant remplir la fonction de commissaire d'exposition". Résultat : Daniel Buren a été l'heureux élu."

"Ce qui est certain, c'est que Sophie Calle ne parle d'elle-même qu'au travers de ses œuvres. "J'ai reçu un mail de rupture, explique-t-elle. Je n'ai pas su répondre. C'était comme s'il ne m'était pas destiné. Il se terminait par les mots : Prenez soin de vous. J'ai pris cette recommandation au pied de la lettre. J'ai demandé à 107 femmes, choisies pour leur métier, d'interpréter la lettre sous un angle professionnel." "Comme si". Le mot est lâché. A partir de là, la mécanique imaginaire peut débuter. Les ressorts ludiques sont enclenchés. Un dispositif fait de substitutions, échanges de rôles et autres travestissements, se met en place. Pourquoi ? Afin de "comprendre pour moi", dit-elle. Et de "répondre à ma place". A travers ces infimes déplacements, ces troublants décalages, le jeu artistique peut s'épanouir. Et apporter sa part de dévoilement."

Prenez soin de vous : comment déplacer la douleur, la placer non plus sur le plan de l'intime mais sur celui du collectif : collectif, le groupe des 107 femmes, collectif, l'exposition. Exposer pour créer et tenir à distance. Soudain la douleur n'est plus seulement portée par Sophie Calle mais par toutes et tous ceux qui participent / regardent.

Certaines sont photographiées et associées à leurs mots. D'autres sont filmées en train de lire la lettre, la jouer, l'analyser, la danser. Il y a Jeanne Moreau, Natalie Dessay, Arielle Dombasle, Camille, Diams... Mais aussi une médiatrice familiale, une sexologue, une chasseuse de têtes qui salue chez cet homme son "admirable capacité à licencier". Il y a aussi une commissaire de police qui dit : "Arrivée à 40 ans, une femme qui veut se marier a autant de chances de trouver un époux que d'avoir un accident de la route." Autant dire que Sophie Calle devait ramer pour retrouver un homme. Effrayante, Sophie Calle ? Elle prévient : "Une douleur me donne envie de retourner la situation à mon avantage. C'est mon moteur. Mais, si le projet ne va pas plus loin que mon intérêt thérapeutique, je le laisse tomber." Face à elle, on est saisi par le magnétisme de cette mante religieuse aux cheveux et au regard noirs, plus sensible qu'intellectuelle, belle et sûre d'elle-même, mais qu'on ne repérerait pas au supermarché.

Après il y a des palais pour pleins de pays 74 en tout mais vous les montrer tous serait trop long et mon idée est de vous donner le goût pour attiser votre curiosité et vous faire chercher les infos et vous documenter…

Prochaine édition ART/38/BASEL

16/06/2007

Les orchidées

 

16:50 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

suite et fin de l'histoire

"Aaaaaaaaaaah!" gémit-il en touchant terre. Il ne fit qu'un bond hors de son kayak et se mit à courir, sa canne à pêche serrée contre lui, traînant derrière lui, avec sa ligne, le cadavre de corail blanc de la Femme Squelette, toujours emberlificoté dedans. Il escalada les rochers. Elle suivit. Il se mit à courir sur la toundra gelée. Elle suivit. Il courut sur le poisson qu'on avait mis à sécher dehors, le réduisant en pièces sous ses mukhluks.

            Elle suivait de tout du long. En vérité, elle s'empara au passage d'un peu de poisson séché et se mit à le manger, car il y avait bien longtemps qu'elle ne s'était nourrie. Enfin, l'homme atteignit son igloo, plongea dans le tunnel et rentra à l'intérieur à quatre pattes. Hors d'haleine, il reste là, à hoqueter dans l'obscurité, le cœur battant la chamade; Enfin en sécurité, oh oui, oui grâce aux dieux, Corbeau oui merci Corbeau et Sedna, la toute-bienfaisante, en sécurité enfin…

            Et voilà que lorsqu'il alluma sa lampe à huile de baleine, c'était là, elle était là, recroquevillée sur le sol de neige, un talon par-dessus l'épaule, un genou contre la cage thoracique, un pied sur le coude. Plus tard, il serait incapable de dire ce qui le poussa – peut-être la lueur du feu adoucit-elle ses traits , ou bien c'était le fait qu'il était un homme seul. Toujours est-il que la respiration du pêcheur se fit plus attentive, que doucement, il tendit ses mains rudes et, avec les mots d'une mère à son enfant, il se mit à la désenchevêtrer de la ligne.

            "Na, na…" Il commença par désentortiller la ligne de ses doigts de pied, puis de ses chevilles. "Na, na…" Il travailla jusqu'à la nuit, jusqu'à ce qu'i la vête de fourrures pour lui tenir chaud. Et les os de la Femme Squelette étaient dans l'ordre qui convenait.

            Il fouilla dans ses parements de cuir, prit son silex et se servit de quelques-uns de ses cheveux pour faire un supplément de feu. Tout en huilant le bois précieux de sa canne à pêche et en moulinant la ligne, il la regardait. Elle, dans ses fourrures, ne disait mots – elle n'osait pas – de peur qu'il ne s'empare d'elle, la jette sur les rochers et la mette en pièces.

            L'homme commença à somnoler. Il se glissa sous les peaux et bientôt se mit à rêver. Or parfois, dans le sommeil des humains, une larme vient à perler à leur paupière ; nous ignorons quelle sorte de rêve en est la cause, mais ce doit être un rêve triste, ou bien un rêve où s'exprime un désir. C'est ce qui se passa pour cet homme.

             La Femme Squelette vit la larme briller à la lueur du feu et soudain elle eut terriblement soif. Elle déplia ses os et se glissa vers l'homme endormi, puis posa sa bouche sur la larme. Cette unique larme fut une rivière à ses lèvres assoiffées. Elle but encore et encore, jusqu'à étancher la soif qui la brûlait depuis si longtemps.

            Pendant qu'elle était allongée auprès de lui, elle plongea la main en l'homme endormi et mit au jour son cœur, ce puissant tambour. Elle s'assit et tapa sur les deux côtés du cœur : Boum, boum! Boum, boum!

            Tandis qu'elle jouait ainsi, elle se mit à chantonner : "De la chair, de la chair, de la chair!" Et plus elle chantait, plus son corps se couvrait de chair. Elle chanta pour une chevelure, elle chanta pour des yeux, elle chanta pour des mains potelées. Elle chanta pour une fente entre ses jambes, pour des seins longs, assez profonds pour tenir chaud, et tout ce dont une femme à besoin.

            Et quand se fut terminé, elle chanta pour ôter les vêtements de l'homme endormi et se glissa avec lui dans le lit, peau contre peau. Elle rendit à son corps le tambour magnifique, son cœur, et c'est ainsi qu'ils se réveillèrent, l'un et l'autre emmêlés d'une façon différente, maintenant, après la nuit passée, de bonne et durable façon.

            Les gens qui ont oublié ce qui avait causé son malheur, au départ, racontent qu'elle s'en alla avec le pêcheur et qu'ils furent largement nourris par les créatures de la mer qu'elle avait connues durant son séjour dans l'eau. Cette histoire, disent-ils, est vraie, et ils n'ont rien à ajouter.

13/06/2007

Laissez moi vous conter une histoire...

La femme squelette

Tiré du livre: " Femmes qui courent avec les loups" de Clarissa Pinkola Estès

 

Elle avait fait quelque chose que son père désapprouvait, mais dont personne ne se souvenait. Toujours est-il que son père l'avait traînée jusqu'à la falaise et précipitée dans la mer. Les poissons avaient mangé sa chair, dévoré ses yeux. Et elle gisait sous les eaux, son squelette ballotté par les courants.

            Un jour, arriva un pêcheur. En fait, ils étaient plus d'un à pêcher à cet endroit, autrefois, mais celui-ci avait été entraîné bien loin de chez lui et il ignorait que les pêcheurs des environs se tenaient à l'écart de cette crique, disant qu'elle était hantée.

            Or, voilà que l'hameçon du pêcheur vint à se prendre dans les os de la cage thoracique de la Femme Squelette. "Oh, pensa le pêcheur, je tiens là une grosse prise!" Il imaginait déjà le nombre de personnes que ce  magnifique poisson allait nourrir, combien de temps il durerait, combien de temps il lui permettrait de ne plus retourner pêcher. Alors, tandis qu'il se bagarrait avec se poids énorme, la mer se mit à bouillonner, secouant son kayak comme un fétu de paille, car celle qui était sous la surface se débattait pour essayer de se libérer. Et plus elle lutait, plus elle s'emmêlait dans la ligne. Elle avait beau faire, elle était inexorablement tirée vers le haut, accrochée par les côtes.

            Le chasseur s'était retourné pour rassembler son filet. Il ne vit donc pas son crâne chauve apparaître au dessus des vagues. Il ne vit pas non plus les petites créatures coralliennes qui scintillaient dans ses orbites, ni les crustacés sur ses vieilles dents d'ivoire. Quand il se retourna avec son filet, le corps tout entier avait émergé et était suspendu à l'extrémité de son kayak par ses longues dents de devant.

            "Aaaaah!" hurla l'homme. De terreur, son cœur fit un bond terrible et ses yeux allèrent se réfugier à l'arrière de sa tête, tandis que ses oreilles devenaient cramoisies. "Aaaaah!" Il lui assena un coup de pagaie et se mit à pagayer comme un fou vers le rivage. Il ne s'était pas rendu compte qu'elle était entortillée dans sa ligne. Aussi semblait-elle le pourchasser, debout sur ses pieds. Il était de plus en plus terrifié. Il avait beau faire des zigzags, elle suivait, et son haleine dégageait des nuages de vapeur au-dessus de l'eau et ses bras se tendaient, comme pour se saisir de lui et l'entraîner dans les profondeurs… La suite très prochainement.

 

lesmetamorphoses3

 

10/06/2007

Bonne fête les papa...

Le temps qui vole souvent comme un oiseau se traîne d'autres fois comme une tortue; mais il ne semble jamais plus agréable que lorsque l'on ne sait s'il va vite ou lentement. (Ivan Tourguéniev)

Thang_father

 

Bonne fête à tout ceux qui sont père...papa ou qui par leur façon de vivre et d'enseigner les sciences de la vie font figure de père. Merci

 

13:55 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) | Tags : papa, pere, ivan tourgueniev |  Facebook |

06/06/2007

Citations...

Erik Satie

Sachez que le travail ... c'est la liberté..
.... la liberté.... des autres....
Pendant que vous travaillez, ....... vous n'ennuyez personne ......
(Écrits réunis par Ornella Volta)

William Shakespeare

Les mots ne sont que des mots, et je n'ai jamais ouï dire que dans un cœur meurtri on pénétrât par l'oreille...
(Othello, trad. François-Victor Hugo)

Notre corps est notre jardin, et notre volonté en est le jardinier.
(Othello, trad. François-Victor Hugo)

Il n'y a pas d'art pour découvrir sur le visage les dispositions de l'âme.
(Macbeth, trad. François-Victor Hugo)

Dès que nous naissons, nous pleurons d'être venus sur ce grand théâtre de fous...
(Le roi Lear, trad. François-Victor Hugo)

Je tiens ce monde pour ce qu'il est [...]: un théâtre où chacun doit jouer son rôle [..]
(Le marchand de Venise, trad. François-Victor Hugo)

Prête l'oreille à tous, mais tes paroles au petit nombre.
(Hamlet, trad. François-Victor Hugo)

[Le théâtre ] a pour objet d'être le miroir de la nature, de montrer à la vertu ses propres traits, à l'infamie sa propre image, et au temps même sa forme et ses traits dans la personnification du passé.
(Hamlet, trad. François-Victor Hugo)

Ne soyez pas non plus trop apprivoisé; mais que votre propre discernement soit votre guide !

(Hamlet, trad. François-Victor Hugo)

 

Belle journée à vous tous !

 

03/06/2007

 

« Souviens-toi que la maîtrise n'est pas tout ; souviens-toi de la partie la plus profonde de toi-même, encore indomptée, dont la force est celle de l'instinct ; rappelle-toi que tu saignes, que tu sens et ressens, que tu peux avoir dans ton corps une grâce animale, qu'il y a une élégance, un contrôle, qui ne sont pas imposés par l'esprit sur la nature, mais qui émanent du corps, qui émanent du fait d'être dans le monde, à chaque moment, comme si nous y étions chez nous, comme un animal est chez lui là où il est. » (Femmes, magie et politique) Starhawk (née Miriam Samos)

19:21 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

31/05/2007

Colère... work in progress !!!

Sentiment amère que la colère,

émotions fortes...

...Work in progress...

11:45 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

16/05/2007

Pour vous rappeler le texte sur les droits de l'enfant

LE TEXTE

Article 1 : définition de l'enfant
La convention te concerne si tu as moins de 18 ans
(sauf si ton pays t'accorde la majorité plus tôt).


Article 2 : Tu as droit à la non-discrimination
Tous les droits énoncés par la Convention doivent t'être accordés ainsi qu'à tous les autres enfants, filles et garçons, quelle que soit leur origine ou celle de leur parents. Les États s'engagent à ne pas violer tes droits et à les faire respecter pour tous les enfants.

Article 3 : Tu as droit au bien-être
1) Toutes les décisions qui te concernent doivent tenir compte de ton intérêt.
2) L' État doit te protéger et assurer ton bien-être si tes parents ne peuvent le faire.
3) L' État est responsable des institutions
(école, police, justice...)
chargées de t'aider et de te protéger.

Article 4 : Tu as droit à l'exercice de tes droits
L' État doit faire le nécessaire pour que tu puisses exercer tous les droits qui te sont reconnus par cette Convention.

Article 5 : Tu as droit au développement de tes capacités
L' État doit respecter le droit et le devoir de tes parents d'assurer le développement de tes capacités.

Article 6 : Tu as droit à la vie et au développement
1) Comme tout enfant, tu as droit à la vie
2) L' État doit assurer ta survie et ton développement.

Article 7 : Tu as droit à un nom et une nationalité
1) Dès ta naissance, tu as droit à un nom et à une nationalité. Tu as le droit de connaître tes parents et d'être élevé(e) par eux.
2) Les États doivent respecter cela, même si tu es apatride
(sans pays).


Article 8 : Tu as droit à la protection de ton identité
L' État doit te protéger et, le cas échéant, t'aider à conserver ton identité, ta nationalité, ton nom et tes relations familiales.

Article 9 : Tu as le droit de vivre avec tes parents
1) Tu as le droit de vivre avec tes parents, sauf si cela est contraire à ton intérêt
(si tes parents te maltraitent ou te négligent par exemple).

2) Tu as le droit de donner ton avis et de participer à toute décision concernant une éventuelle séparation de tes parents. Ils ont aussi le droit de donner leur avis et de participer à une telle décision.
3) Si tu es séparé de tes deux parents, ou de l'un d'eux, tu as le droit de les - ou de le - voir régulièrement, sauf si cela est contraire à ton intérêt.
4) Tu as le droit de savoir où se trouvent tes parents, - s'ils sont, par exemple, détenus
(en prison) ou exilés (partis dans un autre pays) - sauf si cela est contraire à ton intérêt.

Article 10 : Tu as le droit à retrouver ta famille
1) Tu as le droit de quitter un pays et d'entrer dans un autre pour retrouver tes parents. Tes parents ont le même droit.
2) Si tu habites dans un autre pays que tes parents, tu as le droit d'avoir des contacts réguliers avec eux. Tu as le droit de les rejoindre.


Article 11 : Tu as droit à la liberté de déplacement
1) Personne ne peut t'enlever de ton pays ou s'opposer
(ne pas être d'accord)
à ton retour dans ton pays.
2) Les États doivent trouver des solutions à ce sujet.


Article 12 : Tu as droit à la liberté d'opinion
1) Dès que tu en es capable, tu as le droit de donner ton avis à propos de tout ce qui te concerne.
2) Les États doivent te garantir
(ils sont obligés) ce droit.

Article 13 : Tu as droit à la liberté d'expression
1) Tu as le droit à la liberté d'expression, tu as le droit de recevoir et de répandre des informations.
2) Il y a cependant des limites à ta liberté d'expression :

- tu dois respecter les droits et la réputation des autres;
- tu ne peux pas mettre la société en danger.

Article 14 : Tu as droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion
1) Tu as droit à la liberté de pensée et de conscience
,
tu peux pratiquer une religion.
2) Tes parents ont le droit et le devoir de te guider dans l'exercice de ce droit, en fonction de tes capacités.
3) Ta liberté de pratiquer une religion et de manifester tes convictions
(ce que tu penses)
a des limites :
- tu dois respecter les libertés et les droits des autres;
- tu ne peux pas mettre la société en danger.


Article 15 : Tu as droit à la liberté d'association
1) Tu as le droit de t'associer à d'autres personnes et de participer à des réunions.
2) Ta liberté de réunion et d'association a des limites :
- tu dois respecter les libertés et les droits des autres;
- tu ne peux pas mettre la société en danger.


Article 16 : Tu as le droit à la protection de ta vie privée
1) Personne ne peut illégalement
(en dehors de la loi) intervenir dans ta vie ou celle de ta famille. Ton domicile (là où tu habites), ta correspondance (ton courrier) sont également protégés. Il en est de même pour ton honneur (ta morale) et ta réputation (ce que pensent les autres de toi).

2) La loi doit te protéger sur ces différents points.


Article 17 : Tu as droit à l'information
Tu as le droit de recevoir une information
(médias) diversifiée (de toute sorte) et objective (pas déformée). En particulier, cette information élargira ta culture (tes connaissances)
et assurera ta santé physique et mentale.
Les États encourageront les médias
(radios, télévisions, journaux..) à te présenter des informations qui te seront utiles, qui favoriseront (aideront) ta connaissance et ta compréhension des autres cultures. Ils encourageront la production de livres pour les enfants. L'information te sera communiquée dans ta langue, même si elle est minoritaire (par exemple le Français est minoritaire par rapport à l'Anglais au Canada). L' État doit te protéger contre les informations qui pourraient te nuire (te faire du mal).

Article 18 : La responsabilité de tes parents
1) Ce sont tes parents ou leurs représentants légaux qui ont la responsabilité de t'élever et d'assurer ton développement.
2) L' État doit aider tes parents dans cette mission en créant des institutions et des services chargés de veiller à ton bien-être.
3) Si tes parents travaillent tous les deux, l' État doit les aider plus particulièrement.


Article 19 : Tu as le droit d'être protégé contre les mauvais traitements
1) L' État doit te protéger contre toutes les formes de violence et de brutalités physiques ou mentales. Il doit te protéger contre l'abandon, la négligence, les mauvais traitements, l'exploitation et la violence sexuelle, que tu sois sous la garde de tes parents ou toute autre personne.
2) L' État fera en sorte que de telles situations ne se produisent pas. Si cela devait cependant arriver, il devrait s'occuper de toi.


Article 20 : Tu as le droit à une protection même si tu n'as pas de famille
1) Si tu n'as plus de famille, l'État doit te protéger et t'aider.
2) L' État te donnera une protection de remplacement.
3) Cette protection devra tenir compte de ton passé et de ta culture.


Article 21 : Tu as droit à l'adoption
L'adoption ne peut-être autorisée que dans ton intérêt.
a- Elle ne peut se faire sans le consentement
(l'accord) des personnes qui sont responsables de toi.
b- Elle peut se faire dans un autre pays que le tien, si c'est la meilleure solution pour toi.
c- Il doit t'être accordé les mêmes droits que si tu avais été adopté dans ton pays d'origine.
d- Les personnes qui t'adopteront ne pourront tirer aucun profit matériel
(par exemple gagner de l'argent)
de cette adoption.
e- Les États prendront accord pour que ton adoption se fasse, avec l'accord des autorités, par des organismes compétents.


Article 22 : Les droits de l'enfant réfugié
1) Tu as le droit d'être considéré comme réfugié. Tu seras protégé par le droit international
(lois communes à tous les pays), que tu sois seul, accompagné de tes parents ou d'autres adultes.
2) Les États et les organisations internationales
(l'UNICEF par exemple) devront t'aider si tu es dans une telle situation. Ils devront t'aider à retrouver tes parents, ta famille. Si ta famille ne peut être retrouvée, tu seras protégé et tes droits seront reconnus.

Article 23 : Les droits de l'enfant handicapé
1) Si tu es handicapé mentalement ou physiquement, tu as le droit de mener une vie décente
(la meilleure possible) dans la dignité pour parvenir à un maximum d'autonomie (faire le maximum de choses tout seul). Tu dois pouvoir participer à la vie de la collectivité (par exemple : déplacements sans problème si tu es en fauteuil roulant).
2) Les États doivent te reconnaître, ainsi qu'à tous les enfants handicapés, le droit de bénéficier de soins spéciaux. Si nécessaire, une aide supplémentaire sera accordée à tes parents ou aux personnes qui te gardent.
3) Cette aide sera, si nécessaire, gratuite afin de t'assurer le droit à l'éducation, à la formation, à la santé, à la rééducation, à l'emploi, aux loisirs, à l'intégration sociale
(ne pas rester isolé), ainsi qu'à l'épanouissement personnel (être mieux mentalement).
4) Les États échangeront toutes les informations utiles pour aider les enfants handicapés. Les pays en développement
(les plus pauvres) seront particulièrement aidés.

Article 24 : Tu as droit à la santé et aux services médicaux
1) Les États assureront en priorité :

  • la réduction de la mortalité infantile;
  • le développement de soins primaires;
  • le développement de soins préventifs (éviter la maladie) et la lutte contre la malnutrition (la faim) ;
  • le développement de l'aide aux mamans, avant et après l'accouchement (la naissance) ;
  • le développement de l'information sur la santé, la nutrition (façon de se nourrir) et l'hygiène (la propreté) ;
  • le développement de la planification familiale.

2) Les États aboliront (supprimeront) les pratiques traditionnelles dangereuses pour la santé des enfants (par exemple l'excision des petites filles).

Article 25 : Tu as droit à la révision de ton placement
Les États te reconnaissent, en cas de placement - et quelle que soit la raison de ton placement - le droit à un examen périodique
(souvent) de l'évolution de ta situation.

Article 26 : Tu as droit à la sécurité sociale
1) Tu as le droit de bénéficier
(d'avoir) de la sécurité sociale. Les États doivent te garantir ce droit.
2) Les États doivent t'aider en fonction de ta situation et de celle des personnes responsables de toi.

Article 27 : Tu as droit à un niveau de vie décent
1) Tu as le droit à un niveau de vie décent. Tu dois pouvoir te développer normalement sur le plan physique, mental, spirituel, moral et social.
2) Ce sont d'abord tes parents qui sont responsables de ton développement.
3) Si nécessaire, les États devront aider tes parents ou les personnes responsables de toi. Ils accorderont la priorité à l'alimentation, à l'habillement et au logement.
4) Les États te garantissent le droit à la pension alimentaire. Les États s'organiseront pour t'assurer ce droit, où que tu sois.


Article 28 : Tu as droit à l'éducation
1) Les États te reconnaissent le droit à l'éducation, sur la base du principe de l'égalité des chances. Pour cela :
a) tu dois pouvoir fréquenter gratuitement l'enseignement primaire. Cet enseignement est obligatoire ;
b) tu as le droit d'accéder à l'enseignement secondaire. Il doit être gratuit, sinon, des aides doivent t'être accordées ;
c) l'enseignement supérieur t'es également accessible ;
d) tu as le droit à une orientation scolaire et professionnelle ;
e) tout doit être fait pour t'encourager à fréquenter l'école.
2) La discipline scolaire doit respecter tes droits et ta dignité.
3) Les États doivent coopérer
(travailler ensemble) pour éliminer l'ignorance et l'analphabétisme (absence d'instruction) dans le monde et pour développer l'accès aux connaissances scientifiques et techniques. Les pays en développement doivent être aidés.

Article 29 : Les objectifs de ton éducation
Ton éducation doit viser à :
a) épanouir ta personnalité et tes potentialités
(capacités) ;
b) t'inculquer
(te faire comprendre) le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales (les plus importantes) ;
c) t'inculquer le respect de ta culture d'origine et d'adoption ;
d) te préparer à assumer
(prendre) tes responsabilités dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d'égalité et d'amitié entre tous ;
e) t'inculquer le respect du milieu naturel
(l'environnement)
.

Article 30 : Les droits des enfants de minorités ou de populations autochtones (*)
Même si tu appartiens à une minorité ethnique
(petit peuple), religieuse ou linguistique (qui parle une langue peu connue), tu as le droit d'avoir ta vie culturelle, de pratiquer ta religion - si tu en as une - et d'utiliser la langue de ton groupe.
(*) Personnes qui habitent dans le pays depuis toujours (exemple les Aborigènes d'Australie)

Article 31 : Tu as droit aux loisirs
1) Tu as le droit au repos, aux loisirs, au jeu, aux activités récréatives. Tu as le droit de participer librement aux activités artistiques et culturelles.
2) Les États doivent protéger ce droit et encourageront toutes les initiatives favorisant le développement de ce droit.

Article 32 : Tu as droit à la protection contre l'exploitation
1) Tu dois être protégé contre l'exploitation. Tu ne peux accomplir de travail dangereux ou nuisant à ton éducation, à ta santé et ton développement.
2) Les États prendront toutes les mesures nécessaires pour te protéger :
a- ils fixeront un âge minimum à partir duquel tu pourras travailler
(en France par exemple l'âge minimum est de 16 ans) ;
b- ils établiront des règlements concernant les heures et les conditions de travail
(c'est le cas par exemple, toujours en France, pour les enfants artistes)
;
c- ils puniront ceux qui ne respecteront pas ces règles.

Article 33 : Tu as droit à la protection contre la drogue
Les États prendront toutes les mesures nécessaires pour te protéger de toutes les drogues. Ils empêcheront que tu sois utilisé dans la production et le trafic de drogue.

Article 34 : Tu as droit à la protection contre l'exploitation sexuelle
Tu as le droit d'être protégé contre toutes les formes d'exploitation ou de violences sexuelles. Les États prendront toutes les mesures nécessaires pour que :
- tu ne sois pas incité(e)
(qu'on te donne envie) ou contraint (que tu sois obligé(e)) à te livrer à une activité sexuelle illégale ;
-
tu ne sois pas exploité(e) à des fins de prostitution ;
- tu ne sois pas exploité(e) dans des productions pornographiques
(films et photos).


Article 35 : Tu as droit à la protection contre la vente
Tu ne peux être enlevé ou vendu. Aucun commerce d'enfant ne peut être organisé.

Article 36 : Tu as le droit à la protection contre les autres formes d'exploitation
Tu dois également être protégé contre toutes les autres formes d'exploitation
(utilisation de toi à des fins commerciales par exemple).

Article 37 : Tu as droit à la protection contre la torture et la privation de liberté
1) Tu ne peux pas être soumis à la torture ou à une peine cruelle, dégradante. Tu ne peux pas être exécuté
(tué après une condamnation à mort) ou emprisonné à vie.
2) Tu ne peux pas être arrêté arbitrairement
(sans raison). Ta détention (la prison)
doit être la dernière solution possible. Elle doit être aussi courte que possible.
3) Si tu es privé de ta liberté
(mis en prison)
, tu dois être traité humainement et avec le respect de ta dignité d'être humain. Il doit être tenu compte des besoins de ton âge. Tu seras séparé des adultes. Tu auras le droit de rester en contact avec ta famille (sauf cas exceptionnels dans ton intérêt).
4) Si tu es privé de liberté, tu as droit à diverses formes d'assistance. Tu as le droit de contester
(dire que tu n'es pas d'accord) les raisons de ton enfermement devant un tribunal. Toutes les décisions qui concernent ta privation de liberté doivent se prendre dans les meilleurs délais (le plus vite possible)
.

Article 38 : Tu as droit à la protection en cas de conflits armés (guerres)
1) En cas de conflit, les États doivent te protéger par le respect des règles du droit humanitaire international.
2) Si tu as moins de 15 ans, les États doivent éviter que tu participes directement aux hostilités
(que tu fasses la guerre).
3) Si tu as moins de 15 ans, tu ne peux pas être enrôlé(e)
(recruté(e)) dans une armée. Si les États incorporent (font rentrer à l'armée)
des jeunes de 15 à 18 ans, ils doivent en priorité enrôler les plus âgés.
4) Si tu es concerné par un conflit armé, les États ont l'obligation de te protéger et de te soigner.

Article 39 : Tu as droit à la réadaptation et à la réinsertion
Les États doivent t'aider à te réadapter et à te réinsérer socialement
(t'aider à retrouver une vie normale), si tu as été victime de négligence, d'exploitation, de sévices, de tortures ou de toute autre forme de traitements cruels.

Article 40 : La justice et les droits des mineurs
1) Si tu es suspecté ou reconnu coupable d'avoir commis un délit
(vol, crime...), tes droits fondamentaux doivent être respectés. Il doit être tenu compte de ton âge et tout doit être fait pour que tu réintègres la société.
2) Pour cela les États devront veiller :
    a) à ce que tu ne sois pas accusé injustement;
    b) à ce que tu bénéficies de garanties telles que :

  • être présumé(e) innocent(e) jusqu'à preuve du contraire (penser que tu peux être innocent jusqu'à ce qu'on te déclare coupable dans un tribunal)
  • être informé(e) des accusations portées contre toi
  • avoir un procès juste et équitable, qui tienne compte de ton âge et de ton intérêt
  • avoir droit à une procédure qui tienne compte de ton âge,
  • avoir la possibilité d'aller en appel (refaire le procès);
  • te faire assister par un avocat
  • te faire assister, si nécessaire, d'un interprète (un traducteur),
  • avoir droit au respect de ta vie privée.

3) Les États doivent adopter des lois et des procédures adaptées à ton âge ;
En particulier, ils devront :
    a- définir l'âge en dessous duquel on ne pourra pas considérer que tu enfreins la loi
(que tu  commets un délit)
,
    b- prendre des mesures pour s'occuper de toi, sans devoir passer par la voie de la justice, en respectant bien sûr tous tes droits.
4) Les États doivent organiser un système d'encadrement et d'éducation pour assurer ton bien-être, en fonction de ta situation et de l'infraction
(le délit)
que tu as commise.

Article 41 : Tu as droit à la protection la plus favorable
Si la loi en vigueur dans ton pays t'est plus favorable
(si elle est meilleure) que le texte de la présente Convention, c'est la loi la plus favorable de ton pays qui doit être appliquée.

Article 42 : La diffusion des droits
Les Etats doivent faire connaître le texte de cette Convention aussi bien aux adultes qu'aux enfants

09:11 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

Une cause qui me tient vraiment à coeur...

http://www.youtube.com/watch?v=VSEhzWUKzjU

 

écoutez le clip il est vraiment bien fait et il parle des enfants dans le monde qui n'ont pas la chance de vivre une vie de bonheur comme nous en avons le privilège...

Prendre conscience est déjà un grand pas en avant... alors surfez sur le site http://www.pouruneautreenfance.be/dotorg/plan_fr.html

08:49 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (1) | Tags : plan belgique, slam, aide, enfance |  Facebook |

14/05/2007

Petite citation du jour

"La vie est comme un miroir. Si tu lui souris, elle te renvoie ton image."

[Louis Nucera] Romancier Français

sourire2

 

Bonne journée et à très bientôt ;o))

12:41 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) | Tags : louis nucera |  Facebook |

13/05/2007

Heureuse fête à toutes les mamans

L'amour d'une maman, c'est la conviction que ses poussins sont des cygnes ; ce qui est la meilleur façon de donner du moral à des enfant qui sont convaincus d'être de vilains petits canards. "Pat Brown"

 

maman

13:16 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

11/05/2007

Mais comment ai-je pu oublier ça !!!

Mais comment ai-je pu oublier ça !!!

marcel_berlanger

 

C'est impardonnable j'ai oublier de vous parler du KunstenFESTIVALdesArts que vous trouverez en détail sur http://www.kfda.be allez y il est également incontournable, génialement bien organiser, et pleins d'audace et de nouveautés, tout pour plaire. Cela se passe un peu partout à Bruxelles du 4 au 26 mai. Il y a de tout, pour tout le monde, petits et grands. Amusez-vous!

Me revoilou...!

Bon voilà, j'avais juste besoin de me retrouver un peu après nos deux derniers spectacles qui se sont enchainés assez vite, mais très riche et très prenant qui m'ont permis de prendre des repères fort et des bases de construction solide.

 

Merci Monsieur Mastin, de nous guider avec patience, pédagogie et réalisme dans ce voyage extraordinaire.

Malheureusement nous sommes à la fin de l'année pédagogique de l'Académie :o( (le temps va de plus en plus vite) mais ce n'est pas pour ça que le travail se termine, au contraire, c'est maintenant qu'il prend tout son essence car c'est le moment de créativité pour faire des projets en tout sens.

 

Alors récapitulons : vous n'avez pas oublier bien sur le stage proposé par Béatrice Didier au Théâtre Océan Nord du 16 au 25 mai prochain, avec Neyvelli Venkatesh où l'on se mettra au rythme de la musique Indienne.

 

Super excitée à l'idée de pouvoir enfin voir le spectacle de Wim Vandekeybus SPIEGEL (miroir), le 20 mai prochain, je vous propose de surfer sur son site plutôt que d'essayer de vous expliquer son univers incontournable, intrigant et interpellant de la danse contemporaine http://www.ultimavez.com/ Attention âme sensible s'abstenir car les propos tenu sont parfois cru et très fort, moi cela me plaît énormément …Cela se passe au Singel à Anvers http://www.desingel.be/

 

Plus tard il y a le tournage pour le nouveau film de Jaco Van Dormael "Mr. Nobody" en tant que figurante…oui oui je sais la figuration c'est trop ….comment dire, long, pénible, pesant, mais bon je trouvais cela un bon moyen, pour me rendre compte de ce que c'est qu'un tournage surtout avec un réalisateur comme Jaco… intéressant. http://www.evene.fr/livres/livre/jaco-van-dormael-mr-nobo... voici un compte rendu de l'histoire, du réalisateur etc…

 

Et comme ça nous arrivons aux vacances d'été, déjà, et là c'est le carrousel infernal des festivals en tout genre… de Couleur Café, Francofolies en passant par Werchter et tout les autres endroits possible et imaginable où l'on peut rassembler une foule ivre de musique, de joie, de danse et… D'ailleurs je vous invite à surfer sur le plus beau et efficace des site du monde de la musique j'ai nommé http://interactif.skynetblogs.be avec la non moins merveilleuse et souriante Marie-Amélie Mastin,

Mama mastin

 qui vous en dira beaucoup plus et avec beaucoup plus de professionalisme que moi, sur tous les festivals de musique de l'été. ;o)

 

Mais il y a aussi le Festival d'Avignon, et c'est là que je vais passer dix jours pour me baigner dans le théâtre, le spectacle et la culture. D'ailleurs à ce sujet là, j'aimerais vous proposer une rencontre avec un jeune mais très sympathique acteur, metteur en scène, qui se produira cet été à Avignon. Je vous présente Jean Noël Delfanne

m_ce1ba2984b0e6c02ebb19a1acb502d3b

http://www.fashionfact.com/toutsurlecri/concept.htm allez surfer cela vaut vraiment la peine en plus il aide un cause qui me tiens également à cœur c'est-à-dire http://www.childfocus.be/ et il organise une manifestation à laquelle vous aussi vous pouvez participer.

Le festival d'Avignon accueille cet année en artiste associé Frédéric Fisbach.

image_img_Frederic_Fisbach001

 

Après des études au Conservatoire national supérieur d'Art dramatique, Frédéric Fisbach suit Stanislas Nordey au sein de la troupe permanente au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, de 1991 à 1993, où il joue dans les spectacles Bête de Style, Calderon, Pylade de Pasolini. Il joue également dans Vole mon dragon présenté au Festival d’Avignon et au Théâtre de la Bastille. Au Théâtre des Amandiers de Nanterre, il joue sous la direction de Stanislas Nordey dans Splendid’s de Jean Genet, Ciment de Heiner Müller, Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et avec Jean-Pierre Vincent dans Tout est bien qui finit bien de Shakespeare.

En 1992, il signe sa première mise en scène, Les Aventures d’Abou et Maimouna dans la lune au Théâtre Gérard-Philipe de Saint Denis. Depuis 1994, il a notamment mis en scène Une planche et une ampoule, L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel au Théâtre des Amandiers de Nanterre (et en tournée en France et à l’étranger, pour 100 représentations), Un Avenir qui commence tout de suite de Vladimir Maïakovski au Théâtre des Fédérés, L’Ile des morts/ Le Gardien de Tombeau de Strindberg et Kafka au Studio-Théâtre de Vitry, Bérénice de Racine au Théâtre de la Bastille et au Festival d’Avignon, les Paravents de Jean Genet au Théâtre national de la Colline (2003), l’Illusion comique de Pierre Corneille au Festival d’Avignon, à l’Odéon – Théâtre de l’Europe et en tournée en France pour 102 représentations (2004-2005), Animal de Roland Fichet au Théâtre de Vidy Lausanne, au Théâtre National de la Colline et au Théâtre National de Bretagne. Ce spectacle s’intègre dans le cadre d’une plus vaste coopération franco-africaine soutenue par l’AFAA.

À l'opéra, il a monté Forever Valley de Gérard Pesson sur un livret de Marie Redonnet au Théâtre des Amandiers de Nanterre, Kyrielle du sentiment des choses de François Sahran sur un livret de Jacques Roubaud au Festival d’Aix en Provence et au Théâtre national de la Colline (2003), Agrippina de Haëndel au Théâtre de Saint Quentin en Yvelines, Shadowtime de Brian Ferneyhough sur un livret de Charles Bernstein pour la Münchener Biennale, le Festival d’Automne 2004, le festival du Lincoln Center à New-York et à la Ruhr-Triennale en 2005.

Il collabore régulièrement avec le chorégraphe Bernardo Montet avec qui il a créé une "académie de l'interprète" et avec Robert Cantarella avec qui il a mené deux chantiers, l’un sur Molière et Corneille en 2003, l’autre à partir d’un corpus de textes pré-classiques durant le Festival d’Avignon 2004. Il est président de l’association Sans Cible, regroupement de metteurs en scène pour réfléchir sur la place du théâtre dans l’espace public, qui a publié L’Assemblée théâtrale en 2003 et La Représentation en 2004.

Lauréat de la Villa Médicis hors les murs au Japon en 1999, il a mis en scène Nous, les héros de Jean-Luc Lagarce en japonais à Tokyo et Tokyo Notes de Oriza Hirata avec une équipe franco-japonaise à la Villette en 2000. Cette collaboration franco-japonaise s'est poursuivie dans Les Paravents de Jean Genet présenté au Théâtre national de la Colline, primé au Festival de Salzburg dans le cadre du programme des jeunes metteurs en scène. En décembre 2005, il a mis en scène Gens de Séoul d’Oriza Hirata en japonais pour le Setagaya Public Theatre de Tokyo.

De 2002 à décembre 2006 il a dirigé le Studio-Théâtre de Vitry, où il a développé un laboratoire de recherche dont les portes sont fréquemment ouvertes à des "spectateurs associés" pour des formes inhabituelles (chantiers, représentations durant la journée, rencontres…).

Depuis janvier 2006, il est, avec Robert Cantarella, codirecteur du «104 » à Paris.

Au Festival d’Avignon, Frédéric Fisbach a déjà joué dans
Vole mon dragon d’Hervé Guibert dans la mise en scène de Stanislas Nordey en 1994 et présenté comme metteur en scène Bérénice, codirigée avec Bernardo Montet, en 2001, L’Illusion comique en 2004 et Gens de Séoul d’Oriza Hirata en 2006.

Le programme du festival est en ligne sur le site officiel http://www.festival-avignon.com Bon surf.

 

En espérant que cette première mise en appétit vous plaise je vous dit à tout bientôt

Belle journée à vous tous, même si le vent vous bafoue, vous perturbe il est aussi là pour nous revivifier.

 

 

10/05/2007

En construction...

A la recherche de bon spectacle à vous proposer cela prends plus de temps que je ne croyais et je serai donc bientôt parmi vous avec plusieurs propositions.

Patience... je reviens!

 

 

09:39 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

06/05/2007

Chers vous,

Cela se fait : Lundi 7 mai 2007
Cela se passe : à la FERME DU BIEREAU

Cela commence : à 20H

C’est : une mise en travail ou autrement dit des performances poétique!

« Je suis perdue, et essaye de trouver chemin, pour arriver à un endroit où je pourrai me reperdre après, et ainsi avancer dans l’étonnant voyage qu’est celui de devenir artiste… ! »

Frustration, questionnement, action, prise de risque, déséquilibre….toutes ces choses font parties de moi ou je fais partie de toutes ces choses ;o)  me voilà en pleins travail. Parfois angoissée mais extrêmement heureuse de le faire.

Présentation, mise en scène, pédagogue, artiste : Monsieur Jean Mastin

P.H.O.T.O.G.R.A.P.H.E. : Roger Wibert

Artisans-Acteurs :       Diane Cornet, Xavier Dandoy, Isabelle de Burbure de Wesembeek, Michel Keyaerts, Laetitia Harutunian, Dominique  Lissenko, Laurent Louveaux, Mark Mezzano Luna, Soccoro Madueno, Barbara Mahieu, Jonathan Thiry

Affiche PMR REM compressed

 

A demain...! si vous osez ;o)

22:48 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2007

 

 

22:41 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

28/04/2007

Pour mon Dylan qui a 10 ans aujourd'hui!!!!

09:35 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (1) |  Facebook |

25/04/2007

"Misterioso 119" texte écrit par Koffi Kwahulé

Misteriosoweb

"Misterioso 119" un texte écrit par Koffi Kwahulé, au théâtre Marni à Ixelles (à proximité de la place Flagey). Misterioso-119, c'est l'histoire de cinq femmes, enfermées dans un ancien couvent reconverti en prison, amenées à partager leur quotidien dans la promiscuité. Cinq femmes qui, progressivement, dévoilent leur histoire, et qui vont, une fois encore, commettre l'irréparable. Misterioso-119 est un texte fort, qui renverse les perspectives et brise les préjugés sur le monde carcéral, les frontières entre le bien et le mal, l'admissible et l'inadmissible. C'est aussi un texte qui questionne les grandes icônes du bien et du mal dans notre société occidentale.

Koffi Kwahulé, l'auteur, nous fera le plaisir d'être des nôtres. Une rencontre entre l'auteur, la troupe et le public est organisée dans le foyer du théâtre Marni le samedi 5 mai à 17h, elle est ouverte à tous et gratuite.

Mise en scène: Alex Lorette

Avec: Hélène Couvert, Alexia Depicker, Daniela Ginevro, Cachou Kirsch, Justine Venet, Françoise Walot.

Univers sonore: Arnaud Blanpain

Création lumière: Paulo Muacho Vilhalva

Costumes: Hélène Kufferath

Tarifs: 12 € / 8 €

Reservations et informations : 02 639 09 80 et/ou www.theatremarni.com

 

Un coup de pouce pour mon ami Alex, à qui je souhaite tout le succès possible. Je serai là pour t'encourager.

24/04/2007

Merci d'être venu si nombreux hier soir pour nous encourager

Et voila! Encore un spectacle de terminé....pffff! Je déteste ces moments de grandes solitudes de lendemain de spectacle. Je voudrais que cela continue encore et encore car l'expérience sur les planches est toujours beaucoup trop courte. J'aime l'énergie intense du groupe qui a préparé ce projet et qui ne forme qu'un, le stress qui monte juste avant d'entrée sur scène et puis cette rencontre avec le public...!!! Montée d'adrénaline intense et revigorifiante. Qu'à cela ne tienne, nous recommençons sous un autre registre le 7 et le 8 mai prochain. Plus d'info plus tard sur le blog.

Je vous mets quelques photos, pour mettre l'eau à la bouche de ceux qui n'ont pu se déplacer, et remercie certes ceux qui nous ont soutenus, merci pour leurs retour constructif, les applaudissements. Je vous invite à contacter Roger Wibert notre photographe, qui immortalise tous ces moments inoubliable avec son regard d'artiste. En cliquant sur le lien dans la colonne de droite (super photo super copain...).

Je tiens également et surtout à remercier note maître, Monsieur Mastin, qui se dévoue avec passion, patience (incroyable) et diplomatie pour nous donner la possibilité de rencontrer le public et mettre notre envie de jeu sur scène. Merci, merci merci de tout coeur pour cette disponibilité sans limite et... total respect.

Prem 1
prem 2

prem 3

DSC_1016 moi

DSC_1043 xav

DSC_1055 dandin

DSC_1056malade

DSC_1078cuvier

DSC_1085théophil

DSC_1103

DSC_1106

DSC_1107

23/04/2007

Répétition Générale (hier soir) pour notre spectacle de ce soir...

Voici quelques photos de la répet générale de notre spectacle de ce soir. Nous vous y attendons très nombreux of course...

A 20H à la Ferme du Biéreau à Louvain La Neuve.

"Au Grand Pays de Badinage"

 

Observez le bien
Jacquinot maitrisé
Monsieur David

Médecin malgré lui

Théophil

 

Et voilà...à ce soir alors!

09:13 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

22/04/2007

La rencontre du XXI ième siècle en théâtre...

Hey Girl dance

Quel moment exceptionnellement intrigant, interpellant, c'est le moins que l'on puisse en dire, car 24h après je suis toujours menée à réfléchir, à me questionner et à en être interpeller....de ce que j'ai vu, entendu, senti, goûter...

Moi qui me posais la question de ce qu'allait devenir le théâtre; pourqui me lancer dans cette folle aventure, que montrer à qui et pourquoi...!??? La réponse ou une partie de la réponse, la rencontre avec Romeo Castellucci par le biais de sa mise en scène de HEY GIRL!

Inquiétant! Epoustouflant le théâtre des sens, fait appel comme son nom l'indique autant au visuel, qu'au son (musique écrasante), qu'a l'odorat, à la lumière où les nouveaux médias ne peuvent plus être écartés de la scène. Les mots accessoire projeté sur une toile, sans logique, captivant à peine audible, mais de toute beauté empreintés de Shakespear...

Sorti de là super enthousiaste à la limite de l'excitation total c'est là que la machine infernal du questionnement se met en marche pour ne jamais en sortir indemn.

Du théâtre dont je veux faire partie à 100%.

Merci Romeo Castellucci

Hey Girl Van Eyck

Hey Girl cross

 

21/04/2007

Et encore un autre spectacle en Flandre cette fois-ci

ROMEO CASTELLUCI / SOCIETAS RAFFAELLO SANZIO

Là? c'est du théâtre de recherche... Un défi, Il veut interpeller le spectateur en tant qu'individuel et non en tant que collectif. Demander aux spectateurs d'observer sans se baser sur des associations ou des souvenirs...

 

Plus d'info surfez vite sur le site de http://www.desingel.be/productionDetailView.orb?pr_id=750...

 

desingel_32644

 

A bientôt et bon w.e. à tous

20/04/2007

 

STAGE D’INITIATION

AU BHARATANATYAM &

A LA MUSIQUE CARNATIQUE.

 


Neyveli B. Venkatesh a commencé à jouer du mrindangam à l’âge de 4 ans. En 1995, dans sa ville natale de Neyveli, il montre l’étendue de sa virtuosité par un concert en solo ininterrompu de 28 heures. Depuis, la scène internationale le réclame. Il se produit à l’étranger 8 mois de l’année, et partage son temps entre concerts et cours (Angleterre, Canada, France, Suisse, Allemagne, Etats-Unis, Afrique du Sud…). Le son original et les cycles rythmiques de la musique indienne enthousiasment entre autres les ensembles de jazz qui font souvent appel à ses talents.

Visitez son site : www.neyvelivenkatesh.com

Contenu du stage :

La musique carnatique est la musique utilisée entre autres dans les spectacles de bharatanatyam. Remontant à plus de 2000 ans, elle a été revivifiée et développée dans le Tamil Nadou depuis le XVIIe siècle. Elle cultive un savant équilibre entre composition et improvisation, entre le mode musical classique (râg ou raga) et un rythme particulier (tâl ou tala).

Le cours de Neyveli B. Venkatesh sera une introduction aux rythmes de la musique carnatique à travers l’étude des thalams et des patterns (phrases rythmiques de quelques mesures) et d’exercices d’improvisation.

Renseignements pratiques :

Le stage se déroulera du 16 au 26 mai, de 10h00 à 16h00

(excepté le dimanche 20 mai)

au Théâtre Océan Nord

rue Vandeweyer 63-65, 1030 Bruxelles

Prix du stage : 275 €

 

Renseignement et inscription :

Béatrice Didier : 02 732 67 43 ou 0495 60 14 14

 

Sujatha Mohan est une des grandes disciples de Padma Subrahmanyan. Formée à l’école Nrithyodaya, elle y a reçu le Prix « Bharata Nritya Priya ». Elle a par ailleurs obtenu son diplôme de sanskrit à l’Université de Chennai. C’est en 1998 qu’elle fonde sa propre institution : « Padmashree Nrithyala » où, entourée d’une trentaine d’étudiants, elle enseigne la pratique et la théorie du bharatanatyam. Elle a également dirigé plusieurs workshops aux USA, à Singapoure et en Suisse. Elle se produit régulièrement dans plusieurs « sabhas » et temples de Chennai et divers festivals, tant en Inde (Bombay, Chidambaram, Kérala…) qu’à l’étranger (Athènes, Iles Maurice, Singapoure). Notons que Sujatha Mohan a reçu le prix « Padma Bharati » de la P. Sarangapani Cultural Academy de Chennai.

Le bharatanatyam est l’un des huit styles de danse classiques de l’Inde, pratiqué dans tout le Sud. Dansée autrefois par les « dévadasis » (danseuses hérédi-tairement attachées aux temples et dédiées aux dieux), elle a été « sauvée » au début du XXe siècle d’un oubli presque total. Le corps, le visage et les yeux y sont utilisés de manière très codée.

Lors de ce stage avec Sujatha Mohan, nous étudierons d’une part le rythme (tala) frappé des pieds ainsi que ses variations (adavus); d’autre part le langage symbo-lique des mains (mudras) et les expressions du visage et du corps (abhinaya). Suivant l’avancement du cours et le désir des participants, nous aborderons également le travail des karanas.

Le nombre de participants à ce stage étant limité, l’inscription est indispensable.

Pour les personnes qui ont déjà une pratique avancée de la musique carnatique et/ou du bharatanatyam, des cours privés avec les formateurs sont également possibles durant cette période.

Vanakkam... quel voyage fantastique

Allez voir ce spectacle vous ne serez certainement pas déçu. Béatrice nous invite à l'accompagner pour un voyage en Inde. Elle nous permet d'entendre, goûter, sentir, parcourir, ressentir, danser, pleurer, apprendre et surtout vivre cette culture très vivifiante qu'est la culture de l'Inde. Tout cela avec humour, simplicité et conviction. Des émotions tout le long, mise en scène par une professionnelle. Merci Béatrice d'avoir partager ce voyage avec nous.

 

Vanakkam jpeg

 

 

17:11 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

19/04/2007

Pour commencer la journée énorme fou rire c'est ce qu'il y a de mieux...


Enorme Fou rire !!!!
Vidéo envoyée par chiffon
A regarder jusqu'au bout si vous y arriver...!!!

10:06 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (1) |  Facebook |

18/04/2007

Avant goût du spectacle "Au grand pays de badinage"

Que l'on pourrait aussi sous-titrer "l'Art de la scène de ménage" serait-il le ciment du couple ? Une présentation nourrie et bien "trempée" où les sagesses et morales du passé agitent furieusement nos questionnements actuels. Où le sexe dit "faible" et le sexe dit "fort"se livrent des joutes fort divertissantes, où chacun se veut le maître, mais de qui, de quoi...un pouvoir sans cesse remis en question dans une série de farces et de scènes des plus intriguantes et surprenantes, mais où la drôlerie l'emporte largement ! On vous donne rendez-vous lundi soir...Claire Marc Davidtrio du cuvier

 

Pour plus de photos faites par Roger Wibert, cliquez sur le liens dans la liste à côté, Interactif Classic 21.

 

17/04/2007

"Au gand pays de badinage"... FARCE NOUVELLE TRES BONNE ET FORT JOYEUSE.

Voici l'affiche de notre spectacle du 23 avril prochain. Bientôt quelques photos pour vous mettre en apétit...

AfficheAvril_2007

Pour ceux qui ne savent pas où se trouve la Ferme du Biéreau, c'est à Louvain-La-Neuve. Venez nombreux nous voir....Merci d'avance

10:48 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (1) |  Facebook |

14/04/2007

Mrianne Faithfull le concert du 12/04

"Coucou, bonjour,

 

Alors comme promis voici un petit aperçu du spectacle de Marianne Faithfull que j’ai pu déguster avec plaisir grâce à Classic 21. Un tout tout grand merci à vous ce fut un vrai délice.

Marianne Faithfull un peu « uncertain » à son entrée sur scène a assuré un max. L’ambiance calfeutrant de quelques premiers titres plutôt sentimentaux, le temps de se mettre en voix pour attaquer des morceaux plus coriaces parsemés de deux ou trois titres un peu loufoques sarcastiques et ironiques. Le tout fait avec simplicité et joie une Marianne authentique et vraie (qui boit une tasse de thé « 3 inches of tea exactly » pour se désaltérer!).

Soit, de la musique de la vraie, comme je l’aime sans chichi !!!! Un public très « respectfull » criant ici et là des mots d’amour à Marianne qui nous le rendait avec des chansons vécues et qui nous emmenait jusqu’à la corde sensible de nos entrailles. Elle nous fait vivre chaque parole. Et puis la présence sur scène quelle leçon magnifique pour moi…. !

Et, last but not least, la voix….  Une voix, une vie, l’expérience où se mêlent tous les moments d’émotions qu’une femme comme Marianne peut avoir vécus.  

R E S P E C T rien à ajouter, sauf merci merci merci Classic 21 de m’avoir permis de vivre ce moment intense et intime avec Marianne. Quel super souvenir. Amicalement

09:51 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |