25/02/2009

Théâtre de Carouge, Atelier de Genève - ça bouge en Suisse !

LES NUITS BLANCHES

D'après Dostoiëvsky  - Mise en scène de José Lillo

Lesnuitsblanches-visuel

avec julia batinova  et Lionel Brady

traduction andré markowicz  version scénique et scénographie josé lillo  Conseiller scénographique, peinture et construction Peter Wilkinson Régie générale et son Manu Rutka lumières rinaldo del boca Régie générale exploitation Rinaldo del Boca et Manu Rutka assistantE à la mise en scène Léa Roth

production théâtre de carouge - atelier de genève

« Nos mythes provisoires, sans cesse à réinventer », écrit José Lillo à propos de sa mise en scène des Nuits blanches, douzième des récits de Fiodor Dostoïevski. Une philosophie qui l’a poussé à redéfinir d’abord le lieu-théâtre  : pour l’occasion, la salleGérard-Carrat se dépouille de son gradin, de sa scène. La pièce se joue alors dans un espace réinventé, un lieu, « n’importe où qui ne soit pas une salle de théâtre », précise le metteur en scène.

L’endroit, désormais débarrassé « du trop-plein fatal de la représentation », lui donne l’occasion de faire entendre la langue du romancier russe avec une poésie inouïe. L’espace est vide mais chargé de nuit, de foule passée là, de fête. Plus brut, minimaliste, il devient poétique et permet à José Lillo d’exprimer la modernité du récit qui enveloppe de crépuscule la rencontre des deux personnages.

Une tache d’encre noire jonchée de mégots de cigarette au centre duquel Nastenka et l’inconnu se laissent aller à espérer. Les spectateurs les entourent, décrivant un nouveau territoire de l’écoute où peut enfin résonner le son d’un sanglot étouffé.

Dans ses notes d’intention, José Lillo écrit : « Ne péjore pas les mots, aucun d’eux. Laisse-les venir. Sois maladroit, comme cette phrase qui se cherche ». Des mots qu’il veut faire entendre aussi à travers le corps de ses comédiens à qui il demande de s’abandonner au texte :  « Laisse faire ton corps. Il est plus avisé que toi, comme toujours. Pense à autre chose, à ce que tu veux, mais pas à ce que tu crois dire. Sois là, c’est tout. Et surtout, respire ». Un parti pris dans la droite ligne de la recherche d’authenticité qui hante l’œuvre de Dostoïevski.

José Lillo fait partie de la scène alternative culturelle suisse romande. À la demande de Jean Liermier, il a accepté de remonter et d’approfondir sa première mise en scène des Nuits blanches et d’en donner une seconde version. Il inaugure ainsi un axe fort du Théâtre de Carouge : ouvrir les portes de l’institution et accompagner une nouvelle génération d’artistes qui feront le théâtre de demain.

 

Lillo

 josé lillo

 

les liens :   - Théâtre de Carouge ATELIER DE GENEVE -

                   -  le blog du théâtre  -

Commentaires

bonjour à vous,
excusez moi je passe par votre blog....
je suis comédienne , vais venir vivre sur la région
je cherche à rejoindre des mouvements artistiques en suisse, savez vous à qui dois je m'adresser pour avoir la liste des compagnies professionnelles en suisse svp?
merci de votre réponse , belle vie à vous
Murielle Ozanon.

Écrit par : ozanon | 09/01/2011

bonjour à vous,
excusez moi je passe par votre blog....
je suis comédienne , vais venir vivre sur la région
je cherche à rejoindre des mouvements artistiques en suisse, savez vous à qui dois je m'adresser pour avoir la liste des compagnies professionnelles en suisse svp?
merci de votre réponse , belle vie à vous
Murielle Ozanon.

Écrit par : ozanon | 09/01/2011

Les commentaires sont fermés.