18/11/2008

Avant goût de RAP TITAN

Le hip-hop a une histoire, le hip-hop est une culture. Pourtant elles ne collent pas avec l’image sex and dollars qui sature MTV. C’est ce que Robert Roccobelly, alias le comédien suisse Roberto Garieri, démontre avec son complice DJEagle. Créé la saison dernière au GRü et largement repris notamment dans des écoles, Rap Titan pulse fort et joyeux, libre et funky. C’est tout simplement une déclaration d’amour au hip-hop. Soit une performance qui utilise des procédés théâtraux pour raconter la naissance d’un mouvement qui se déploie dans trois disciplines : musique (rap, beatboxing, deejaying), danse (break, smurf et dérivés) et peinture (graffiti et tag).  Les moyens sont simples, un DJ et un MC, traduisez des platines et une voix. Mais les textes de Roberto sont des perles, et l’engagement de Eagle un régal pour les yeux et les oreilles.
Tout commence vers 1950 à New York, avec la construction d’une autoroute qui vient déchirer en deux parties un quartier déjà défavorisé :  la Cross-Bronx Expressway met le feu aux poudres et enclenche la guerre des gangs. Fin des années 70 : fatigués de la violence, des Titans géniaux proposent la musique pour créer du lien, inventant au passage de nouveaux genres, de nouveaux sons. C’est Afrika Bambaataa et son International Zulu Nation, Kool Herc ou encore Grand Master Flash. Ce récit flamboyant leur rend hommage.

* Roberto Garieri
Diplômé du Conservatoire de Lausanne, il s’intéresse très vite au théâtre abstrait et à la performance. À partir de 2000 et pendant quatre ans, il collabore à des créations en tant qu’interprète tout en participant à la mise en scène avec Arthur Kuggeleyn et avec la Cie Nomades. Depuis 2005, Roberto Garieri consacre la majeure partie de son temps à Robert Roccobelly : son personnage de rappeur. Durant la saison 07/08, il a fait partie  du collectif3 du GRü/Théâtre du Grütli.

m_24edb96c1c654a4c985334be6a637e24

Les commentaires sont fermés.