05/11/2008

La vérité... Tu vois de dire la vérité, le problème que sa pose.

...La contrainte qui se fixe quand on se dit je vais dire la vérité. Il ne faut pas que ça t'enlève les trois quarts du caisson et pourtant tu dis dire la vérité. On voit bien que pour la dire il est obligé de garder les pieds sur la plus grosse partie du caisson, d'y rester attaché quand la plus grosse partie du caisson s'enlève.... C. Tarkos "PAN"

ça aussi c'est la vérité...!

 

stop_viol_against_women

Une jeune femme somalienne lapidée par des islamistes qui l'accusaient d'adultère était en réalité une adolescente de 13 ans qui avait semble-t-il été violée, rapporte mardi l'Onu.

Cette exécution en public était sans précédent depuis deux ans.

Des dizaines d’hommes ont lapidé à mort Aisha Ibrahim Duhulow le 27 Octobre dans un stade devant un millier de spectateurs, dans la ville portuaire de Kismayo, après avoir été déclarée coupable d'adultère en vertu de la charia (droit coranique) par les autorités locales. 

Des témoins avaient déclaré à l'époque qu'elle était âgée de 23 ans.

"Toutefois, des rapports montrent qu'elle avait été violée par trois hommes alors qu'elle se rendait à pied à Mogadiscio, capitale déchirée par la guerre, pour rendre visite à sa grand-mère", indique l'Unicef (Fonds mondial pour l'enfance).

"A la suite de cette agression, elle a demandé la protection des autorités, qui l'ont ensuite accusée d'adultère et l'ont condamnée à mort", précise l'organisation onusienne dans un communiqué. "Un enfant a été victime deux fois - d'abord des auteurs du viol et ensuite de ceux qui rendent la justice."

L'Unicef a souligné que cet incident illustrait la vulnérabilité des jeunes filles et des femmes en Somalie, déchirée par un conflit vieux de 17 ans.

Version française Gwénaelle Barzic

 

stopstoning

Les commentaires sont fermés.