27/03/2008

Emily Dickinson...(Etats-Unis 1830-1886)

Emily Dickinson

Fleurir est aboutir

Qui rencontre une fleur

Et l'observe en passant

Soupçonne à peine

Le rôle d'un détail mineur

Dans l'entreprise

Brillante et compliquée

Qui se présente sous la forme

D'un papillon offert au méridien.

 

Remplir le bourgeon, combattre le ver,

Obtenir son droit de rosée,

Régler la chaleur, échapper au vent,

Eviter l'abeille qui rôde,

 

Ne pas décevoir la grande nature,

L'attendre ce jour-là :

Etre fleur est une profonde

Responsabilité !

(Traduction d'Alain Bosquet)

 ________

Considérée aujourd’hui comme l’un des plus grands poètes américains, Emily Dickinson n’eut pas droit à la reconnaissance littéraire de son vivant. Presque absente de la scène littéraire, elle fut également peu présente dans le théâtre de la vie. Son champ d’expérience fut limité, puisqu’elle ne s’éloigna d’Amherst que pour passer une année au collège de Mount Holyoke à South Hadley ou lors de rares séjours, à Washington ou à Boston. Il semble donc qu’elle n’ait guère quitté le cercle de cette petite communauté puritaine de Nouvelle-Angleterre, ni franchi le seuil de la maison familiale où elle disait tant se plaire – entre son père juriste et homme politique, admiré et craint, et sa mère plus effacée ; entre sa sœur Lavinia, qui ne partit jamais non plus et son frère Austin, installé dans la maison voisine avec sa femme Susan, amie de cœur de la poétesse. Le choix d’un certain retrait du monde livre un signe essentiel : la mise à distance, l’ironie. Mais, à certains égards, ce retrait fut peut-être moins absolu qu’il n’y paraît : tout en se dérobant au monde, au mariage, elle adressa des lettres passionnées à divers correspondants masculins. La fin de sa vie fut marquée par des deuils répétés (son père en 1874, sa mère en 1882, son neveu Gilbert, mort à l’âge de huit ans en 1883, Otis P. Lord en 1884). Secrète et expansive, grave et moqueuse, discrète mais audacieusement libre, sa personnalité est aussi complexe que l’espace réel de son expérience fut restreint.
     Selon Adrienne Rich “le génie se connaît toujours lui-même : Dickinson a choisi sa réclusion parce qu’elle savait ce qui lui convenait”. Ce choix d’artiste lui a permis de vivre en lisant et en écrivant : en lisant la Bible, Shakespeare et Dickens, ou encore Emerson, Hawthorne et Melville, et en écrivant, de l’âge de vingt ans jusqu’à sa mort 1775 poèmes.


     (Christine Savinel, Le nouveau dictionnaire des auteurs.) 

21/03/2008

Toujours au GRÜ...!

 

Article paru sur le blog du T.O.N. le 20 - 03 - 2008 par Julie Fauchet

Il n’a vraiment pas fallu attendre longtemps pour qu’un nouvel atelier se remette sur pied.

En effet, nos “4èmes Rencontres d’Ateliers” étaient à peine terminées que Candy Saulnier, Alain Cofino Gomez et Marie-Rose Meysman organisaient déjà un nouveau projet. Plus précisément un atelier d’écriture et de jeu ayant pour thème « les récits d’origines ». Une manière de partager la question des origines avec d’autres, portés par des histoires différentes et multiples. L’atelier compte aujourd’hui 19 participants, de 18 à 62 ans.

Depuis 2 mois, ils écrivent de manière individuelle, des textes courts, ayant déjà en tête l’objectif de l’oralité.

Ce lundi 17 mars, Sylvie, Isabelle, Widiane, Alain, Claire, Lara, Evangelos, Alenxander, Delphine, Julie, Valère, Patrick, Soline, Annick, Aurélia, Manu, Michel et Emma ont réalisé une première lecture publique de leur texte. Un moment d’échange, de partage, de rire, d’émotion.

dsc_0018-2.jpg

A côté de l’écriture, une place importante est laissée aux chants traditionnels amenés par les participants et par les responsables : chant d’origine normande, chant juif, chant d’origine irlandaise…

Le fruit de leur travail sera ouvert aux spectateurs lors des « Minis Rencontres d’Ateliers » programmées les 12-13-14 décembre 2008.

A cette occasion vous aurez également l’opportunité de découvrir ou de redécouvrir le résultat de notre atelier “Résidence Provisoire” mené par Amid Chakir.

20/03/2008

 

WORK IN PROGRESS

 Silence...!

 [work in progress]

Désolé de vous laisser ainsi sans articles. Mais mon attention, pour le moment, se porte sur un projet d'écriture qui me prend beaucoup de temps et de concentration. Je reviendrai très prochainement vous surprendre, j'aimerais !

A bientôt et belle fin de semaine.

09:30 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (1) |  Facebook |

17/03/2008

Happy pig,

A Happy Pig

picture of a happy pig
"It is better to be a human being dissatisfied than a pig satisfied; better to be Socrates dissatisfied than a fool satisfied. And if the fool, or the pig, are a different opinion, it is because they only know their own side of the question."
John Stuart Mill, Utilitarianism (1863)

The non-human animals we factory-farm and butcher are functionally akin to human babies and toddlers in their capacity to suffer. A fondness for the taste of human flesh is not reckoned a compelling moral argument for cannibalism. By parity of reasoning, to abuse and kill our fellow creatures because we like the taste of their flesh is morally indefensible too. For pigs, like small children, ought to be happy.

19:03 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2008

 

L’Opéra ?

Dans le cadre de l’année du dialogue interculturel, ReMuA crée un opéra interactif, dans lequel six musiciens, deux chanteurs et 120 jeunes de l’enseignement secondaire déconstruisent les enjeux de la cohabitation des différences.

Compositeur : Nick Hayes

Librettiste : Veronika Mabardi

Metteur en scène : Max Lebras

Intervenantes : Sarah Goldfarb, Sabine Demey

Voix (soprano) : Julie Calbete

Voix (baryton) : Romain Dayez

Flûte à bec : Elisabeth Dewolf

Clarinette : Nicolas Taboulot

Guitare : Jeffrey Vantomme

Percussion : Arthur Ros

Alto : Marina Lepesevich

Violoncelle : Charlotte Barbier

4 classes de 2ème secondaire des Athénées Jean Absil et Charles Janssens

 Le 20 MARS 2008 à 20h  
À la Maison des Cultures de Saint-Gilles
Rue de Belgrade, 120
1060 Bruxelles
Infos et Réservations : ReMuA
Tél : 02/5377438 GSM : 0484/620823
www.remua.be  info@remua.be
Entrée : 8€ / 5€

 Le 21 MARS 2008 à 20h - Présentation du projet à 19H30
Au Conservatoire royal de Bruxelles
Rue de la Régence, 30
1000 Bruxelles
Infos et Réservations : 02/5008723
Entrée : 10€ / 7€

 Le 28 MARS 2008 à 20h30
À la salle de l’EDEN
Rue Jeanne d’Arc, 22
59390 Lys-Lez-Lannoy (à proximité de Lille)
Infos et réservations : mferrando@nordnet.fr ou par téléphone au 06 03 99 32 15
Entrée : gratuite



Production et coordination : ReMuA
En partenariat avec le Conservatoire royal de Bruxelles et l’Echevinat de la Culture de Saint-Gilles, soutenu par la CoCof, et conseillé par la Ligue des Droits de l’Homme, Culture et Démocratie, le CBAI et le CIDJ

12/03/2008

VIA08 J-1 MAUBEUGE/MONS

 

 

 

Pour accéder au site c'est par ici

4.48 Psychose ... comment vous dire ?!!

Comment trouver les mots pour vous décrire ce que j'ai ressenti hier soir à la découverte de la mise en scène sagace orchestrée par Isabelle Pousseur sur le texte décapant de Sarah Kane "4.48 Psychose"!

Je peux vous dire que je fis complètement - subjuguer - non seulement par la scénographie d'une pureté et d'une simplicité interpellante, mais aussi par le jeux des deux comédiennes Catherine Salée et Véronique Dumont. Un jeu vrai, ressenti, incarné, juste. Même si le texte paraît assez lourd et incisif à la lecture, il prend une toute autre tournure dans cette mise en scène.

Je me suis retrouvée en tant que spectatrice face à face avec moi "spectatrice", mais également moi en tant que "moi", avec les mêmes questionnements, les mêmes attentes, les mêmes constatations sur la condition de l'être humain.

C'est avec cette même éloquence, dignité et humour que j'aimerais faire passer sur scène la question " Comment survivre dans ce monde-là?!".

Car dans l'interview de Sarah Kane in "Love me or kill me - Sarah Kane et le théâtre" elle dit - "Si nous pouvons, grace à l'art, faire l'expérience de quelque chose, alors il nous est peut-être possible de modifier notre avenir, car l'expérience grave des leçons dans nos coeurs grâce à la souffrance, alors que réfléchir nous laisse intacts... Il est crucial d'enregistrer et de confier à la mémoire des événements jamais vécus - afin d'éviter qu'ils se produisent. Je prendrai plutôt le risque d'une overdose au théâtre que dans la vie."

11/03/2008

Petit rappel ce soir c'est la première...

Au théâtre Océan Nord http://www.oceannord.org  à 20h30

4.48 Psychose Océan Nord web

Surya, un documentaire de Laurent Van Lancker.

Surya

Au départ, une idée inédite et très originale : demander à dix conteurs de cultures différentes de continuer l'un après l'autre une épopée contemporaine, une histoire qui n'éxistait pas auparavant. Tour à tour, chacun prête vie à un héros imaginaire (Nemo/Surya) en puisant dans son propre style et sa propre langue. L'épopée onirique, poétique et philosophique nous entraîne dans un long voyage de la Belgique au Vietnam, en passant par la Slovaquie, la Turquie, la Syrie, l'Iran, le Pakistan, l'Inde, le Népal, le Tibet et la Chine.

Cette épopée collective pose des questions auquelles chaque humain est, différemment, confronté : pourquoi semble-t'il être essentiel de connaître ses origines pour trouver sa place dans ce monde ? Quel est la part de fiction créée par nous-mêmes dans l'histoire de notre propre vie ? Quel lien l'imaginaire peut-il tisser entre les cultures ?

Entre rêve et réalité, documentaire et fiction, ce film goûte les saveurs et couleurs du monde à travers une imagerie sensorielle. Une expérience cinématographique qui rend la variété du monde d'aujourdhui et sa richesse humaine.

Surya, du levant à l'éloquent

Site officiel en anglais

Actor's Studio

Petite rue des Bouchers, 16
Korte Beenhouwersstraat, 16
1000 Brussels
Tel: 02 5121696 / 0900 27854

 Samedi 15/3 et Dimanche 16/3 à 12:45

10/03/2008

Puggy, The Red Flowers et Joshua au Nethen Festival

C'était Samedi soir, à Nethen, petit village dans le Brabant Wallon, 3ième édition d'un festival très sympa organisé par 4 copains de l'endroit j'ai nommé : Philippe Boon, Fabian Donis, Romain Goossens, et Frédéric Pire. Belle organisation, un Festival qui annonce l'envie d'être en été. Belle affiche avec entre autres Puggy, The Red Flowers et Joshua. Voci quelques photos.

(A voir également sur Picasa suivez le lien en cliquant sur la photo).

collage1

Je vous ai concocté une petite vdéo qui vous donnera un aperçu de ce que l'on a pu entendre ce samedi soir. Personnellement j'ai beaucoup aimé l'univers musicale de "The Red Flowers", un jeune groupe Belge du coin, qui s'est déjà démarqué sur la scène à Louvain La Neuve mais aussi à Bruxelles. Univers musicale pop, rock, funk, le tout sur un ton jazzy assez surprenant. Je vous laisse apprécié la vidéo. Soyez indulgent ce n'est que mon deuxième essaie de montage.

Filmé et monté par moi ! Oui oui je sais il y a encore pas mal de boulot mais bon cela a le mérite d'exister !

Voilà rendez-vous l'année prochaine pour ce fesival là, cet été pour les autres... Bonne semaine à vous.

Liens vers les site des différents groupes http://www.myspace.com/theredflowers http://www.nethenfestival.be/; http://www.puggyband.com/; http://www.myspace.com/joshuanoise 

 

06/03/2008

WOMEN IN ART

 

Un hymne impressionnnt consacrée à l'histoire de l'art à travers l'image de la femme. Merci

by Philip Scott Johnson (Eggman 913)

Music by Yo-Yo Ma "La Sarabande"  de Bach

Cette vidéo est un vrai chef d'oeuvre d'art digital sur les plans de la maîtrise technique et de la créativité artistique. Eggman913 a créé d'autres vidéos intéressantes, accessibles sur YouTube, moyennant le logiciel de "morphing" d'images FantaMorph d'Abrosoft.

NON A L'EXCISION !!!

Excision n.f.  Mutilation qui consiste en une ablation rituelle du clitoris et parfois des petites lèvres, pratiquée chez certains peuples sur les petites filles. (un crime puni par la loi)

 

Tiken Jah Fakoly "Non à l'excision"!

Merci Tiken Jah Fakoly, merci pour ce message. Il doit être entendu, vu, écouté, regardé...par tous, allez vers http://www.tikenjah.net/ écoutez, regardez, soutenez...

Image:Fgm map.gif

Géographiquement, la pratique se rencontre en de nombreuses parties du monde, mais elle est plus courante en Afrique sub-saharienne et dans quelques régions du Proche-Orient et de l’Asie du Sud Est (Yémen, Indonésie et Malaisie). Dans les pays occidentaux, ces pratiques se retrouvent dans les communautés issues de ces pays. Selon les pays, la proportion de femmes excisées varie de façon importante, allant de 1,4 % au Cameroun à 96 % en Guinée au début des années 2000.

On considère qu’environ 100 à 140 millions de femmes ont subi une excision (principalement en Afrique). Environ 2 millions de fillettes sont susceptibles de subir une telle mutilation tous les ans. Selon une étude de l'INED, 50 000 femmes ont subi des mutilations sexuelles et vivent actuellement en France.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Excision

http://survivance.blogspot.com/ http://www.stopexcision.net/consequences.html

http://www.humanite.fr/L-excision-est-un-crime-contre-l-H...

05/03/2008

 

Expérimentez les créations de CREW/Eric Joris,   une des compagnies belges les plus aventureuses, se situant à la frontière entre technologie, théâtre et science. Cette année, Crew présente à Mons deux configurations développées pour ses deux derniers spectacles. Dans l’une, le visiteur fait l’expérience d’une réelle immersion (physique et dans l’espace) et dans l’autre, il fait connaissance d’une toute nouvelle création, le “peephole display” (une fenêtre virtuelle mobile à partir de plusieurs laptops robotisés). Les projets ont été développés en étroite collaboration avec Philippe Bekaert de l’Université de Hasselt (EDM).

et pleins d'autres artistes... entre autres

 TEMPORARY DISTORTION (New York)

WELCOME TO NOWHERE (BULLET HOLE ROAD)

Captivant travail sur la mémoire, Welcome to Nowhere combine “road movie” et “love story”. Prisonniers d’une boîte de plexiglas surplombée d’un écran panoramique, les comédiens monologuent, susurrent leur passé, par bribes et révèlent avec leurs doutes la part ténébreuse d’eux-mêmes. Hors de toute narration linéaire, en temps réel, la juxtaposition entre théâtre, installation et cinéma expérimental provoque la fragmentation des souvenirs où s’entrechoquent fiction et réalité. Welcome to Nowhere est une forme de théâtre fascinante, absorbante, une capture admirable de la liberté, où les personnages conduisent ou font du stop à travers le pays pour s’enfuir et oublier leur passé, leur identité...

JEANNE DANDOY (BELGIQUE)

GAME OVER

Laetitia, Olivier, Nicolas, adolescents comme les autres, dérivant dans la morosité quotidienne entre réalité et fiction, écorchés vifs en mal de sensations. Ils se trouvent jetés dans un monde qui utilise l’image des bébés pour vendre des automobiles, des femmes nues pour du dentifrice, des petites filles pour des cosmétiques destinés aux plus âgés... tabous repoussés, consommer à tout prix, répondre aux standards du marché, et enfin, disparaître dans la réalité virtuelle, jusqu’à l’oubli... Non, décidément, nous aimerions que ce monde ne soit pas le nôtre. En musique, interactivité et vidéo, Laetitia, Olivier, Nicolas entament un drôle de chant, gigotent un peu contre les parents, s’écartent du chemin et oublient que mourir n’est pas tout à fait un jeu comme les autres.

Pour plus d'info voici un lien très pratique http://www.lemanege.com/via2008/home.html ; www.crewonline.org 

PHOTOGRAPHIE - PETER KNAPP - LA PASSION DES IMAGES

Image Hosted by ImageShack.us

Comment réaliser une idée visuelle à l’aide d’un croquis d’intention ou d’une description d’image ? Telle est la problématique soulevée par le travail de Peter Knapp. Chaque image est alors une invention.  Peter Knapp conçoit ses photographies avec une idée plastique manifeste, ses recherches de composition et ses retouches à l’ordinateur vont dans le sens de cette quête.

Selon une tout autre démarche, Peter Knapp décide dans les années 1980 de faire un retour à la nature en enveloppant de foin des mannequins, un défi à la haute couture et une parodie sans doute de la notion de « valeur ». Quel est le sens de cette investigation ? Est-ce seulement un nouveau moyen d’utiliser un matériau ?

graphique

Le travail de Peter Knapp est tout entier investi d’une préoccupation graphique. Son travail personnel, en dehors des circuits consacrés à la mode, est moins connu mais relève d’une véritable démarche artistique. Après des études à l’école de Zurich, encore fortement marquée dans les années 1950 par le Bauhaus et ses avancées en matière de graphisme, Peter Knapp garde cette constante comme marque de fabrique. On s’interrogera sur sa démarche d’élimination des valeurs de gris afin de renforcer l’option graphique des photos ce qui nous permettra de voir comment le choix des fonds ou des vêtements dépend de cette option.

À partir de cette donnée, on investira les champs de l’image en essayant de mettre en valeur des éléments linéaires, des structures simples et des figures articulant l’espace, en un minimum de valeurs au profit de contrastes noir/blanc. Structures dynamiques, constructions par les lignes, les masses ou la lumière, autant de constituants plastiques que l’on pourra exploiter dans une pratique figurative ou abstraite.

Chez Peter Knapp, les lieux de prises de vue sont investis par des repérages méticuleux in situ. Son projet de commande pour la foire d’art contemporain de Bâle en témoigne. Par une analyse sémantique et plastique du photomontage, on s’interrogera sur l’écart entre la réalité perçue et le photomontage qui résulte de l’insertion du personnage dans le contexte.
L’idée, ici, est de réaliser un photomontage où le corps humain prend la valeur d’un élément architectural. Ceci permet d’appréhender des questions relatives à la création plastique dans le domaine architectural et d’aborder la notion d’échelle. Cette opération pourra se faire en deux étapes tout d’abord avec des éléments d’images trouvées puis avec une intention précise en fabriquant soimême les prises de vue in situ. Les notions d’assemblage vont dans le sens d’une reconstruction du monde, sortes d’images à rêver. On abordera les courants avant-gardistes des années 1920 : dans « l’homme pont », l’usage du fragment et son intégration sont déployés dans toute leur originalité au service d’une composition et d’un point de vue insolites.

En outre, on apportera une explication sur les intentions minimalistes du photographe, qui procède à l’élimination des éléments pour aller le plus possible vers le signe. Selon cette idée de modifier la perception, Peter Knapp expérimente la photographie « totalement verticale » ou   « totalement horizontale ». Enfin, que penser de cette manière très personnelle de faire le portrait d’un acteur en exposant l’ensemble des prises de vues du film comme un seul portrait ?

L’anti-style

Il me plaît d’inventer chaque travail, chaque idée, mais j’ai toujours peur que la « personnalité » ou le « style » viennent malgré moi réduire ma liberté d’entreprendre et jeter leur ombre sur ce que j’aimerais croire nouveau. S’accrocher à des astuces techniques ou à des manières, pire se copier soimême ou se répéter m’ennuie et les artistes qui ont un souci de style ou de manière pour être reconnaissables, je les comprends, mais ils sont loin de moi. J’aime qu’on ne puisse pas me classer facilement. La réussite que j’ai eue très jeune comme graphiste et directeur artistique m’a donné une indépendance matérielle qui me permet d’oser quelque chose de nouveau pour un travail. Réussir ou louper une commande m’excite.  

Propos de Peter Knapp cités dans GLIBOTA Ante, LEBRUN Annie, RESTANY Pierre, HEIZ André, Peter Knapp, Paris Art Center, 1987.

Galilée : Peter Knapp © CNDP 2001

Lien pour en savoir plus sur Peter Knapp : http://www.vodeo.tv/18-129-2480-peter-knapp.html ;  http://www.photographie.com/?pubid=104557 ;

 

Exposition : Du mercredi 16 janvier 2008 au dimanche 30 mars 2008 Auteurs : Peter Knapp.
MEP Maison Européenne de la Photographie
Téléphone (+33) 1 44 78 75 00
Site web www.mep-fr.org
Email olaurent@mep-fr.org
5/7 rue de fourcy
75004 Paris
France
Métro Saint-Paul ou Pont-Marie. Entrée 6€ (plein tarif), 3€ (tarif réduit). Ouvert tous les jours de 11h à 20h, sauf les lundis, mardis et jours fériés.