29/01/2008

Poète persan né en 1207 Djalal Al-Din RUMI

    This World Which Is Made of Our Love for Emptiness    

Praise to the emptiness that blanks out existence. Existence:
This place made from our love for that emptiness!

Yet somehow comes emptiness,
this existence goes.

Praise to that happening, over and over!
For years I pulled my own existence out of emptiness.

Then one swoop, one swing of the arm,
that work is over.

Free of who I was, free of presence, free of dangerous fear, hope,
free of mountainous wanting.

The here-and-now mountain is a tiny piece of a piece of straw
blown off into emptiness.

These words I'm saying so much begin to lose meaning:
Existence, emptiness, mountain, straw:

Words and what they try to say swept
out the window, down the slant of the roof.

Djalal Al-dîn Rûmi

Ecrivain et mystique persan
Né à Balkh en 1210 décédé à Konya en 1273

Le grand mystique persan, fondateur de l'ordre des derviches tourneurs, Djalal Al-dîn Rûmi, fut présenté enfant au poète Farid ed-Din qui, stupéfait de son intelligence, déclara suivant une formule restée célèbre 'Quel flamme ! Quel feu ! Il apportera dans le monde'. La tradition veut également qu'un mystique l'ayant vu marcher derrière son père ait affirmé : 'Voici un océan qui marche derrière un lac'. Après plusieurs années d'études à Alep et à Damas, il s'installe à Konya, où il enseigne la jurisprudence et la loi canonique dans la même école coranique que son père. En 1244, Rûmi fait une rencontre décisive qui va bouleverser sa vie : celle de Shams de Tabriz, un derviche errant, qui devint son maître spirituel et qui l'éclaira sur ses nouvelles aspirations avant de disparaître brutalement. A sa mort, Rûmi institue le Sama', le concert accompagné de la danse caractéristique de la confrérie de Mawlawiya, mot qui signifie 'notre Maître'. Il laisse également plusieurs écrits en prose - 'Les Sept Séances', 'Le Livre du dedans' - et de la poésie - 'Odes mystiques' et 'Mathnawi', une vaste théodicée de plus de vingt-cinq mille vers, souvent comparée à la 'Divine comédie' de Dante. Djalal Al-dîn Rûmi a laissé une empreinte ineffaçable à la pensée religieuse de l'Islam et son oeuvre est vénérée par les musulmans lettrés.

23:47 Écrit par yZa | Lien permanent | Général | Commentaires (0) | Tags : soufisme, poesie perse, rumi |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.