22/01/2008

Les femmes qui écrivent vivent dangereusement - Laure Adler & Stefan Bollman

"Si vous ne dites pas la vérité sur vous-même, vous ne pourrez pas le dire aux autres."

Virginia Woolf

Féminitude Laure Adler

Elles existent à travers le monde, affrontant l'avenir avec inquiétude et tentant d'embrasser ce qu'elles perçoivent, de faire corps avec elles-mêmes, d'être au plus près, au plus près de la faille, de l'incertitude, au trouble, de l'approche de la vérité.

Elles n'ont jamais voulu être écrivaines, elles le sont devenues. Pour la plupart d'entre elles ce fut un don ou plutôt une malédiction. Un harcèlement pour toutes. Car écrire est un tourment perpétuel, une activité à part entière qui gangrène vos nuits et habite vos jours, ça parle en elles. Tout le temps, ça les harcèle. C'est un grondement continu ; quelquefois, quand l'angoisse diminue, cela devient murmure, chuchotis ; cela peut devenir aussi vacarme, sensation d'éboulement, fragmentation de l'être, désordre vénéneux, la perdition est proche mais jamais elles n'allumeront les signaux de détresse.

Une femme qui écrit est la créatrice d'un univers, une semeuse de désordre, une personne qui se met en risque et qui ignore le danger, tant sa tâche  la requiert, une personne qui invente la langue, sa langue, notre langue.

Personne ne nous a demander de naître, disent, de manière différente selon les sciècles, mais permanante et troublante, les femmes qui écrivent. Personne n'était là pour nous acceuillir. Alors comment faisons-nous pour trouver une place dans le monde, nous inscrire dans le flux de la vie, continuer à tenter de respirer, lever le voile d'inquiétude qui s'est interposé entre nous et les autres ?

Comment colmater la béance, ne pas sombrer dans la désespérance, ne plus vaciller, échapper à ce vertige du décalage métaphysique entre SOI, MOI, LA LANGUE qui m'est donnée en partage et ce que je ressent au plus profond de moi ?

      SOI/JE   ELLES/NOUS   LES FEMMES     ESPRIT IMAGINAIRE   HORS DE SOI   LANGUE   SORCIÈRES      ILLETTRÉES  illettrées   COURTISANES   RÉVOLUTIONNAIRES    SOLITAIRES   SOLAIRES    CRÉATRICE DE LANGUES    MILITANTES   PENSEUSES      MÉTISSES

Extrait de : "Les femmes qui écrivent vivent dangereusement"  Laure Adler & Stefan Bollman Flammarion

Les commentaires sont fermés.