11/05/2007

Me revoilou...!

Bon voilà, j'avais juste besoin de me retrouver un peu après nos deux derniers spectacles qui se sont enchainés assez vite, mais très riche et très prenant qui m'ont permis de prendre des repères fort et des bases de construction solide.

 

Merci Monsieur Mastin, de nous guider avec patience, pédagogie et réalisme dans ce voyage extraordinaire.

Malheureusement nous sommes à la fin de l'année pédagogique de l'Académie :o( (le temps va de plus en plus vite) mais ce n'est pas pour ça que le travail se termine, au contraire, c'est maintenant qu'il prend tout son essence car c'est le moment de créativité pour faire des projets en tout sens.

 

Alors récapitulons : vous n'avez pas oublier bien sur le stage proposé par Béatrice Didier au Théâtre Océan Nord du 16 au 25 mai prochain, avec Neyvelli Venkatesh où l'on se mettra au rythme de la musique Indienne.

 

Super excitée à l'idée de pouvoir enfin voir le spectacle de Wim Vandekeybus SPIEGEL (miroir), le 20 mai prochain, je vous propose de surfer sur son site plutôt que d'essayer de vous expliquer son univers incontournable, intrigant et interpellant de la danse contemporaine http://www.ultimavez.com/ Attention âme sensible s'abstenir car les propos tenu sont parfois cru et très fort, moi cela me plaît énormément …Cela se passe au Singel à Anvers http://www.desingel.be/

 

Plus tard il y a le tournage pour le nouveau film de Jaco Van Dormael "Mr. Nobody" en tant que figurante…oui oui je sais la figuration c'est trop ….comment dire, long, pénible, pesant, mais bon je trouvais cela un bon moyen, pour me rendre compte de ce que c'est qu'un tournage surtout avec un réalisateur comme Jaco… intéressant. http://www.evene.fr/livres/livre/jaco-van-dormael-mr-nobo... voici un compte rendu de l'histoire, du réalisateur etc…

 

Et comme ça nous arrivons aux vacances d'été, déjà, et là c'est le carrousel infernal des festivals en tout genre… de Couleur Café, Francofolies en passant par Werchter et tout les autres endroits possible et imaginable où l'on peut rassembler une foule ivre de musique, de joie, de danse et… D'ailleurs je vous invite à surfer sur le plus beau et efficace des site du monde de la musique j'ai nommé http://interactif.skynetblogs.be avec la non moins merveilleuse et souriante Marie-Amélie Mastin,

Mama mastin

 qui vous en dira beaucoup plus et avec beaucoup plus de professionalisme que moi, sur tous les festivals de musique de l'été. ;o)

 

Mais il y a aussi le Festival d'Avignon, et c'est là que je vais passer dix jours pour me baigner dans le théâtre, le spectacle et la culture. D'ailleurs à ce sujet là, j'aimerais vous proposer une rencontre avec un jeune mais très sympathique acteur, metteur en scène, qui se produira cet été à Avignon. Je vous présente Jean Noël Delfanne

m_ce1ba2984b0e6c02ebb19a1acb502d3b

http://www.fashionfact.com/toutsurlecri/concept.htm allez surfer cela vaut vraiment la peine en plus il aide un cause qui me tiens également à cœur c'est-à-dire http://www.childfocus.be/ et il organise une manifestation à laquelle vous aussi vous pouvez participer.

Le festival d'Avignon accueille cet année en artiste associé Frédéric Fisbach.

image_img_Frederic_Fisbach001

 

Après des études au Conservatoire national supérieur d'Art dramatique, Frédéric Fisbach suit Stanislas Nordey au sein de la troupe permanente au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, de 1991 à 1993, où il joue dans les spectacles Bête de Style, Calderon, Pylade de Pasolini. Il joue également dans Vole mon dragon présenté au Festival d’Avignon et au Théâtre de la Bastille. Au Théâtre des Amandiers de Nanterre, il joue sous la direction de Stanislas Nordey dans Splendid’s de Jean Genet, Ciment de Heiner Müller, Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et avec Jean-Pierre Vincent dans Tout est bien qui finit bien de Shakespeare.

En 1992, il signe sa première mise en scène, Les Aventures d’Abou et Maimouna dans la lune au Théâtre Gérard-Philipe de Saint Denis. Depuis 1994, il a notamment mis en scène Une planche et une ampoule, L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel au Théâtre des Amandiers de Nanterre (et en tournée en France et à l’étranger, pour 100 représentations), Un Avenir qui commence tout de suite de Vladimir Maïakovski au Théâtre des Fédérés, L’Ile des morts/ Le Gardien de Tombeau de Strindberg et Kafka au Studio-Théâtre de Vitry, Bérénice de Racine au Théâtre de la Bastille et au Festival d’Avignon, les Paravents de Jean Genet au Théâtre national de la Colline (2003), l’Illusion comique de Pierre Corneille au Festival d’Avignon, à l’Odéon – Théâtre de l’Europe et en tournée en France pour 102 représentations (2004-2005), Animal de Roland Fichet au Théâtre de Vidy Lausanne, au Théâtre National de la Colline et au Théâtre National de Bretagne. Ce spectacle s’intègre dans le cadre d’une plus vaste coopération franco-africaine soutenue par l’AFAA.

À l'opéra, il a monté Forever Valley de Gérard Pesson sur un livret de Marie Redonnet au Théâtre des Amandiers de Nanterre, Kyrielle du sentiment des choses de François Sahran sur un livret de Jacques Roubaud au Festival d’Aix en Provence et au Théâtre national de la Colline (2003), Agrippina de Haëndel au Théâtre de Saint Quentin en Yvelines, Shadowtime de Brian Ferneyhough sur un livret de Charles Bernstein pour la Münchener Biennale, le Festival d’Automne 2004, le festival du Lincoln Center à New-York et à la Ruhr-Triennale en 2005.

Il collabore régulièrement avec le chorégraphe Bernardo Montet avec qui il a créé une "académie de l'interprète" et avec Robert Cantarella avec qui il a mené deux chantiers, l’un sur Molière et Corneille en 2003, l’autre à partir d’un corpus de textes pré-classiques durant le Festival d’Avignon 2004. Il est président de l’association Sans Cible, regroupement de metteurs en scène pour réfléchir sur la place du théâtre dans l’espace public, qui a publié L’Assemblée théâtrale en 2003 et La Représentation en 2004.

Lauréat de la Villa Médicis hors les murs au Japon en 1999, il a mis en scène Nous, les héros de Jean-Luc Lagarce en japonais à Tokyo et Tokyo Notes de Oriza Hirata avec une équipe franco-japonaise à la Villette en 2000. Cette collaboration franco-japonaise s'est poursuivie dans Les Paravents de Jean Genet présenté au Théâtre national de la Colline, primé au Festival de Salzburg dans le cadre du programme des jeunes metteurs en scène. En décembre 2005, il a mis en scène Gens de Séoul d’Oriza Hirata en japonais pour le Setagaya Public Theatre de Tokyo.

De 2002 à décembre 2006 il a dirigé le Studio-Théâtre de Vitry, où il a développé un laboratoire de recherche dont les portes sont fréquemment ouvertes à des "spectateurs associés" pour des formes inhabituelles (chantiers, représentations durant la journée, rencontres…).

Depuis janvier 2006, il est, avec Robert Cantarella, codirecteur du «104 » à Paris.

Au Festival d’Avignon, Frédéric Fisbach a déjà joué dans
Vole mon dragon d’Hervé Guibert dans la mise en scène de Stanislas Nordey en 1994 et présenté comme metteur en scène Bérénice, codirigée avec Bernardo Montet, en 2001, L’Illusion comique en 2004 et Gens de Séoul d’Oriza Hirata en 2006.

Le programme du festival est en ligne sur le site officiel http://www.festival-avignon.com Bon surf.

 

En espérant que cette première mise en appétit vous plaise je vous dit à tout bientôt

Belle journée à vous tous, même si le vent vous bafoue, vous perturbe il est aussi là pour nous revivifier.

 

 

Les commentaires sont fermés.